Les hospitalisations pour cause de maladies cardio-vasculaires et de leurs complications ont diminué. Les patients concernés représentaient 13,4 % des admissions en 2011 contre 15 % en 2005, a indiqué le ministre de la Santé Lormus Bundhoo lors du lancement d’une campagne de dépistage et de prévention des maladies non transmissibles à Roche-Terre dimanche.
Le pourcentage de patients décédés suite à une maladie cardiaque a baissé de 22,8 % en 2005 à 17,3 % en 2011. Les personnes qui se soumettront au dépistage des maladies non transmissibles auront un Mauritius Diabetes Risk Score Form destiné à évaluer leurs risques de développer un diabète à travers un système informatisé.
Outre le lancement de la campagne de dépistage et de prévention des maladies non transmissibles dans le cadre d’un programme de dépistage du ministère qui s’étendra à d’autres régions de l’île, Lormus Bundhoo a annoncé dimanche dernier l’ouverture d’une unité de chimiothérapie à l’hôpital Jeetoo à Port-Louis dans le cadre de la décentralisation du traitement du cancer. « Les maladies chroniques, cardiaques, le cancer, le diabète et les troubles mentaux liés au vieillissement de la population et à l’urbanisation galopante représentent 60 % de la mortalité à Maurice », selon le ministère de la Santé. Une mauvaise alimentation, un manque d’activité physique, le tabagisme et la consommation de boissons alcoolisées – y compris chez les adolescents – sont les facteurs de risque de ces pathologies, indiquent les études du ministère sur les maladies non transmissibles. 23,6 % des adultes âgés de 25 à 74 ans sont diabétiques. Et, un Mauricien sur deux est soit diabétique soit en train de le devenir. Par ailleurs, plus d’un Mauricien sur trois (37,9 % des adultes) ont de l’hypertension.
Le ministère de la Santé mettra en place des programmes de dépistage systématique du cancer du col de l’utérus et du sein par mammographie digitale pour réduire la mortalité due à cette maladie. L’institution d’un centre national du cancer fait également partie des projets gouvernementaux, a précisé Lormus Bundhoo.
Les procédures en vue d’amender les Public Health Regulations sont en cours pour renforcer les mesures de contrôle du tabagisme. L’emballage des paquets de cigarettes sera par ailleurs modifié ; les dessins sur les effets nocifs du tabac recouvreront toute la surface de la boîte. Le ministre de la Santé affirme que les campagnes de sensibilisation sur les facteurs de risque des maladies non transmissibles portent leurs fruits vu que Maurice ne fait plus partie des dix pays ayant l’incidence la plus élevée de diabète dans l’Atlas de la Fédération internationale du diabète de 2012. En outre, il y a, selon le ministère, une stagnation du nombre de patients dialysés qui s’élèvent à 910 au cours de ces trois dernières années. A aussi été notée une diminution du nombre de patients diabétiques envoyés à l’étranger pour subir des opérations ophtalmologiques complexes. Ils n’étaient que 50 patients en 2012 contre 200 en 2008.
Des chiffres, encore non publiés de l’étude nationale sur la nutrition réalisée en 2012, font état d’une augmentation des activités physiques chez les hommes et femmes âgés de 35 à 54 ans. 41 % des Mauriciens et 23,3 % des Mauriciennes s’adonnaient en 2012 à une activité sportive. La même étude indique une augmentation de la consommation de fruits chez les jeunes de 12 à 17 ans. 74 % des adolescents mangeaient ainsi au moins un fruit quotidiennement.