En vue de la dépression tropicale qui prend actuellement une trajectoire menaçante pour les Mascareignes, le Conseil de District de Pamplemousses s’est réuni ce mercredi 18 décembre afin de prendre les mesures appropriées et informer les habitants de la région des dispositions nécessaires à suivre.

Présidée par  Sunael Singh Purgu, cette réunion a rassemblé des membres du District Council, Prakash Maunthrooa, Sharvanand Ramkaun, la force policière de la région, des membres de la SMF, de la NCG, des sapeurs-pompiers ainsi que des forces vives des régions du nord.

Prakash Maunthrooa recommande à la population de s’informer sur le phénomène à venir. Il conseille aux personnes habitant dans une maison à étage de mettre le maximum d’affaires à l’étage afin de minimiser les pertes matérielles. Toutefois, ceux ne possédant pas de maison à étage sont conseillés de se diriger vers les centres de refuge ou centres communautaires le plus proche.

Le conseil soutient que les centres seront aménagés afin d’accueillir le maximum de personnes et qu’une distribution de vivres sera mise en place à travers des cellules d’organisation. Un dispositif de transport sera également accessible, tel que les ambulances et les véhicules de police.

Le conseil informe que des restrictions de sorties seront imposées après l’annonce en vigueur des classes 3 et 4. La mise en place d’un service d’évacuation d’urgence a aussi été évoquée durant cette réunion.

En ce qui concerne l’après-cyclone, une évaluation des dégâts sera faite dans un premier temps. Le conseil prévoit par la suite des équipes locales et volontaires pour nettoyer ou dégager les routes selon l’urgence en attendant les membres de la SMF.

Prakash Maunthrooa demande au public d’être solidaire en temps de crise afin de mieux gérer la venue du cyclone et éventuellement l’après-cyclone.

À noter que 96 zones à risque ont été identifiées selon les Districts Councils de Maurice.

Il est conseillé à la population de procéder à une évacuation après l’annonce de classe 2, comme le stipule le protocole d’urgence. Il est de plus recommandé à la population habitant les zones à risques de commencer à se rendre aux « emergency shelters » de leur localité.

Prakash Maunthrooa demande aux conseillers des villages de faire un travail en amont si jamais les centres sociaux et communautaires sont blindés et de prévoir ainsi des centres de refuges improvisés.