Un National Diabetes Management System (NDM) informatisé et relié au Registre national du diabète, l’une des mesures annoncées dans le budget de la Santé 2013-14, sera constitué pour le suivi des malades. C’est ce qu’a expliqué le ministre de la santé Lormus Bundhoo à l’ouverture ce matin au Domaines Les Pailles d’un colloque consacré à la Journée mondiale du diabète et au diabète du type 1.
« Le NDM sera un outil épidémiologique et sera utilisé pour l’audit médical », a indiqué M. Bundhoo. « C’est un pas important pour la surveillance du diabète et aussi des autres maladies non transmissibles ». Le Dr David Owens, Consultant diabétologue de l’université britannique de Cardiff et conseiller du Premier ministre pour la mise en place de services médicaux pour le contrôle du diabète était également présent ce matin. Le ministère de la Santé mise également sur le National Diabetic Retinopathy Grading Centre qui sera créé au Diabetes and Vascular Health Centre de Souillac pour le screening de la rétine. Quatre médecins diabétologues Community based seront recrutés. L’accent est mis sur la formation d’infirmiers spécialisés pour la prise en charge de patients diabétiques. Soixante infirmiers suivent déjà des cours de spécialisation au Mauritius Institute of Health (MIH) et 25 autres seront formés en soins des pieds par l’université de Swansea et le MIH.
Un Health Litteracy Framework sera prêt à la fin de l’année et sera dédié à l’éducation des diabétiques et à l’information de la population au sujet des facteurs de risques et des moyens de contrôler la maladie. Une étude est en cours au ministère de la Santé pour évaluer l’efficacité des interventions sur le mode de vie des Mauriciens. « Le diabète de type 2 est une maladie que l’on peut prévenir et le plan d’action actuellement appliqué a pour objectif la réduction des risques que sont le manque d’exercices physiques, une alimentation déséquilibrée et trop riche et la consommation d’alcool », a indiqué le ministre de la Santé.
Maurice ne fait plus partie du top 10 des pays ayant l’incidence la plus élevé de diabète selon le International Diabetes Federation Atlas de 2012. Et les indicatifs montrent une réduction des décès dus aux maladies cardiovasculaires. De 15,5 % en 2005, le taux de mortalité est passé à 13,4 % en 2011. L’obésité a connu une baisse également, passant de 22,9 % à 17, 65 % pour la même période.