Le leader des mauves, Paul Bérenger, s’adressant à la presse ce samedi 16 mars au Hennessy Park hôtel à ébène, a mis en avant le dossier de l’île Tromelin qui n’a pas figuré au centre des discussions lors des rencontres avec le Président malgache, Andry Rajoelina, lors de son séjour à Maurice.

Il déplore que la question de la souveraineté de l’île Tromelin n’ait pas été soulevée ni par le Premier ministre, Pravind Jugnauth ni par le président malgache lors de leurs discours respectifs. « La presse malgache rapporte que dimanche dernier en réponse aux remerciements du président par intérim de Maurice pour l’appui de Madagascar dans le dossier des Chagos devant la Cour internationale de Justice, le président Andry Rajoelina a fait une déclaration pour souligner que la récente victoire de Maurice devant la cour renforce la volonté de Madagascar de revendiquer les îles Éparses, sans donner plus de détails », a indiqué Paul Bérenger.

Si le dossier a été discuté entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et le Président malgache lors des rencontres, selon lui, le public a besoin de savoir si la question a été soulevée. « Je demande au Premier ministre de confirmer si ce point a été discuté et j’espère qu’ils ont accordé leurs violons comme dans le passé ».

Il rappelle dans la foulée que l’île Tromelin était rattaché au pouvoir coloniale français à la colonie française de Madagascar à partir de 1896. Par la suite comme dans le cas de Chagos, le 1er avril 1960, à la veille de l’indépendance de Madagascar, suite à la publication d’un décret de la France, l’île a été détachée de Madagascar pour le placer sous l’autorité d’un ministre du gouvernement français. En 1972, Madagascar a commencé à revendiquer l’île Tromelin et les îles Éparses en insistant sur la proximité géographique et le caractère illégal de ce cas. « A Maurice, sous la pression du MMM, nous avons commencé à revendiquer la souveraineté de l’île Tromelin à partir de 1976 sur des bases différentes. Suite à un séjour à Madagascar en 1978  lors d’une rencontre lorsque j’étais secrétaire générale, j’avais annoncé que les dirigeants malgaches m’ont donné l’assurance que Madagascar cessera de revendiquer l’île Tromelin et laissera Maurice à sa revendication. Par la suite l’abandon de Madagascar au profit de Maurice, et sa revendication a été confirmé systématiquement à de nombreuses occasions aux Nations Unions et ailleurs. Depuis cela Maurice donne son appui à la revendication de Madagascar sur les îles Éparses », a-t-il relaté.

Toujours dans le même registre, il est revenu sur une illustration qui a été présentée lors de l’évènement de dimanche dernier à Réduit dans le cadre des célébrations de l’indépendance de Maurice ou on voit une carte de l’île Maurice entourée des autres îles. Toutefois l’île Tromelin n’y figure pas. Le leader des mauves réclame des explications. « C’est choquant, j’espère que c’est juste une erreur, un faux pas et pas volontaire », a-t-il lancé.

Le MMM a par ailleurs tenu à saluer les étudiants mauriciens et dans le monde qui ont manifesté ce vendredi visant à amener les responsables politiques a faire ce qu’il faut faire en ce qui concerne les solutions axées sur le changement climatique.