Rajesh Jeetah, qui assure l’intérim au ministère de l’Éducation, n’a pas voulu se fier qu’aux informations sur papier en vue de répondre à la question de l’opposition sur l’état du bâtiment de la Dr Régis Chaperon SSS qui figure à l’agenda des travaux parlementaires aujourd’hui. Le ministre, en se rendant ce matin à ce collège d’État, a devancé par là même son collègue Vasant Bunwaree, le ministre de l’Education, dont les parents attendent la visite depuis la détérioration de la situation.
La visite inattendue de Rajesh Jeetah a pris de court ce matin la direction et le personnel du collège qui sont occupés ces jours-ci par la tenue des examens en cette fin de trimestre. Cette visite ministérielle d’un quart d’heure a permis à Rajesh Jeetah de découvrir le cadre physique peu attrayant pour un environnement scolaire. Selon nos informations, en traversant une aile du bâtiment, le ministre a pu se rendre compte de l’odeur nauséabonde des toilettes à cause des drains défectueux et saturés. Rajesh Jeetah se serait enquis de la démarche de la Parent Teachers’ Association ces dernières années pour alerter les autorités concernées.
A signaler que la dégradation des locaux de ce collège d’État a fait depuis 2006 l’objet de plusieurs questions parlementaires tant de l’opposition que de Nita Deerpalsing, backbencher du gouvernement. A chaque fois le ministre de l’Education donnait l’assurance que le projet de rénovation pour cet établissement était en bonne voie.
De son côté, la PTA fait état de plusieurs lettres transmises au ministère de l’Education pour dénoncer cette situation, et restées sans réponse. En outre, la PTA souligne que plusieurs ministres ont défilé à la Dr Régis Chaperon SSS durant ces dernières années pour participer à plusieurs événements, notamment les Flag Raising Ceremonies, les remises de prix annuelles ou même à l’occasion de la rentrée scolaire ; elle cite les noms de Rama Sithanen, Xavier-Luc Duval, le Dr Rashid Beebeejaun, Dharam Gokhool, Vasant Bunwaree ainsi que celui de la députée Nita Deerpalsing.
Par ailleurs, le Bureau de l’Ombudsperson for Children suit de près la situation au sein de ce collège depuis que ses responsables ont visionné les images choquantes montrant l’état du bâtiment.