Sedley Assonne a soumis aujourd’hui sa démission comme membre du conseil d’administration de la Mauritius Society of Authors. Dans une lettre adressée à la présidente Meera Mohun, il critique l’attitude de la société et du ministre des Arts et de la Culture envers le Chef inspecteur Hector Tuyau. Ce responsable de l’Anti-Piracy Unit a été écarté de l’enquête concernant le piratage des oeuvres de trois artistes mauriciens et impliquant la société. « Je démissionne car je ne veux pas être complice de ceux qui encouragent le piratage sur le sol mauricien », explique Sedley Assonne.
Un nouveau rebondissement est intervenu ce matin à la Mauritius Society of Authors (MASA). Sedley Assonne, élu au conseil d’administration, a choisi de prendre ses distances pour exprimer son désaccord sur l’affaire Méli Mélo. Il y a deux semaines, l’Anti-Piracy Unit (APU) menée par le Chef inspecteur (CI) Hector Tuyau a arrêté Kailesh Persand, de Harbour Music, et Harold Lai, directeur par intérim de la MASA, suite à une plainte de Bee Vedachellum, de Méli Mélo Music dans laquelle il reproche à Harbour Music d’avoir illégalement reproduit des albums de Kaya, Berger Agathe et Gérard Bacorilall, dont il est le producteur. La MASA quant à elle a été épinglée pour avoir donné son autorisation.
Mais la semaine dernière, le CI Hector Tuyau s’est vu retirer l’enquête étant donné que sa fille travaille à la MASA et que cela pourrait donner lieu à des conflits d’intérêts. Sedley Assonne n’est pas de cet avis. « Au lieu de soutenir celui qui a toujours été à ses côtés pour combattre le piratage, la MASA a curieusement blâmé son propre employé, la fille d’Hector Tuyau, qui n’a absolument rien fait de mal, sauf d’être la fille du Chef inspecteur », déplore le démissionnaire.
Sedley Assonne précise qu’il était le seul membre du board à s’opposer à la demande de la MASA pour que l’enquête soit confiée à une autre équipe de la police. Il se demande pourquoi le conflit d’intérêts n’a pas été évoqué lorsque le CI Tuyau a enquêté sur d’autres dossiers de piratage et impliquant la MASA. Sedley Assonne dit ainsi se dissocier des autres membres car il refuse d’être hypocrite.
Le démissionnaire par ailleurs dit son étonnement d’avoir entendu des personnalités aussi importantes que le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee, et le député mauve Jean-Claude Barbier, membre du board de la MASA, commenter l’enquête en cours. Or, souligne-t-il, ce serait à la police d’enquêter et à la cour de trancher. « Que se passera-t-il si une des deux parties est trouvée coupable, donnant donc raison à la police et au Chef inspecteur Hector Tuyau ? »
Sedley Assonne dit constater qu’il n’y a aucune volonté politique et policière de combattre le piratage. Il exprime sa solidarité envers le CI Tuyau et les membres du personnel de la MASA qui travaillent pour « traquer pirates et voleurs. »