L’Association of Tourist Operators (ATO) a tenu une conférence de presse ce matin pour commenter les annonces concernant le secteur touristique faites lors de l’Economic Mission Statement du PM samedi dernier. Le président de l’association, Chetraj Jhurry, a fait ressortir que « l’image de la destination touristique mauricienne doit être revue après 15 à 20 ans de statisme ». « Certains dans le secteur privé doivent être plus responsables et non adopter une politique d’hypocrisie avec les différents gouvernements », dit-il.
Faisant référence à l’Economic Mission Statement, le président de l’ATO a souligné que ce discours de sir Anerood Jugnauth est cohérent avec le discours-programme de l’Alliance Lepep et les mesures du dernier budget. Chetraj Jhurry devait élaborer à cet effet sur l’importance de l’accès aérien. « Nous sommes une destination touristique vieillissante de plus de 60 ans et 38 accords bilatéraux ont été signés pour desservir Maurice. Nous considérons ainsi qu’il y a des points fondamentaux à être traités pour soutenir le développement de l’accès aérien », a-t-il soutenu, en citant notamment la révision de certaines politiques.
Chetraj Jhurry estime qu’il faut accorder plus d’importante à la création d’une industrie touristique à valeur ajoutée et revoir l’image de la destination. « Nous devons pouvoir sortir du traditionnel Sun Sand and Sea. Pendant 30 années nous avons vendu uniquement ces points. Nous avons passé ces 15 à 20 dernières années dans une atmosphère statique et traditionnelle. Et au bout du compte nous nous retrouvons loin derrière plusieurs autres destinations ». Un certain marché touristique, dit-il, est à la recherche de destinations thématiques, culturelles et accompagnées d’une dose d’héritage.
Commentant le rôle du secteur privé dans le développement économique, le président de l’ATO a expliqué que « certains dans le secteur privé doivent être plus responsables et non adopter une politique d’hypocrisie avec les différents gouvernements et envers le peuple. Après chaque budget ou encore discours-programme, nous entendons les mêmes arguments du secteur privé ». Par ailleurs, Chetraj Jhurry a également fait part de sa « confusion surtout dans le calcul au sujet de l’annonce de la création de 8 000 emplois dans le secteur du tourisme et 9 000 autres dans les PME ».