Les résultats préliminaires du 2013 Census of Economic Activities de Statistics Mauritius jettent un éclairage particulier sur le secteur des petites entreprises, en tant que l’un des secteurs générant le plus grand nombre d’emplois. A première vue, un emploi productif sur deux au sein de l’économie se trouve dans les PME avec les autorités se bombant le torse à l’effet que de 2007 à 2013, la croissance dans le nombre d’unités opérationnelles a progressé de l’ordre de 36%. Toutefois, Amar Deerpalsing, le président de la Fédération des petites et moyennes entreprises, remet en perspective ce chiffre alors que les témoignages des petits entrepreneurs attestent le fait que tout n’est pas aussi rose sur le terrain. L’un des points à retenir des chiffres officiels, suite à ce recensement réalisé l’année dernière, demeure que le secteur du commerce en gros et au détail, y compris le phénomène envahissant des marchands ambulants dans les principales artères des villes, dont Port-Louis, et les ateliers mécaniques, anciennement connus comme les “ateliers bicyclettes”, représente le gros de ces activités avec un emploi sur trois dans les PME ou encore un sur cinq sur le plan national.
Même si le poids des comptes des petites entreprises se fait sentir sur le plan économique, ou mieux encore en atténuant le nombre de demandeurs d’emplois enregistrés officiellement, il demeure pas moins vrai que Maurice a encore du chemin à parcourir sur ce plan en vue d’inculquer une culture d’entrepreneuriat au sein de la population. C’est du, moins ce que laissent entendre des observateurs politiques aguerris et qui ne se laissent nullement emporter du premier coup par l’effervescence des chiffres. D’aucuns affirment que le second volet de la compilation des données sur les grandes entreprises, actuellement en cours, pourrait apporter des correctifs à cette perception entrepreneuriale déficitaire.
Dans l’immédiat, des spécialistes du monde des affaires s’appuient sur la composition des PME pour souligner que la progression quantitative enregistrée de 2007 à 2013 doit céder la place à un Quality Leap dans la réalisation de cette ambition visant à créer une nation d’entrepreneurs. Ainsi, les activités économiques les plus importantes dans lesquelles sont engagées les PME, concerne les “wholesale and retail trade, repair of motor vehicles and motorcycles”. Sur les 125 500 petites unités enregistrées, dont 2 900 à Rodrigues, 46 800 opèrent dans ce secteur avec une main-d’oeuvre de quelque 100 000, soit le tiers des Small Establishments. Même si les données de Statistics Mauritius ne donnent aucune indication quant à l’importance des marchands ambulants dans le segment du commerce au détail, l’on doit s’attendre à voir que le gros du chiffre est fourni par ces activités en bordure des principales artères des villes et dans les gares routières comme celle de Victoria à Port-Louis. Les emplois créés dans les chaînes de supermarchés et autres complexes commerciaux ne sont pas intégrés dans cette catégorie, car le personnel dépasse systématiquement la barre de dix par unité.
Outre les commerces et ateliers mécaniques, le secteur du transport et de l’emmagasinage se situe à hauteur de 17% dans les activités. Puis viennent dans l’ordre la manufacture avec 12%, la construction : 10% et les Accomodation and Food Service Activities: 8%. Sur les 125 000 unités en opération, près de trois quarts, soit quelque 90 000, n’emploient qu’un maximum de deux personnes, renforçant du même le concept d’approche familiale des PME. Le travail à temps partiel est également une des particularités des PME avec un peu plus de 30 600 employés dans cette catégorie sur un total de 283 000. Le temps de travail de cette dernière catégorie est inférieur à la moitié des heures de travail normales des unités.