Après avoir terminé à la 10e place au classement des écuries en 2013, l’écurie Alain Perdrau a gagné deux places la saison dernière. Avec 150 entrées, elle a enregistré 10 victoires de plus, soit 24, et a récolté Rs 5 164 000 en termes de stakes money.
Avec le Malaisien Benedict Woodworth comme jockey titulaire, l’écurie Perdrau devait démarrer en fanfare avec un triplé lors de la 2e journée avec Power Dive, Icy Jet et Abington. Mais, après le départ du Malaisien, ce fut tour à tour les local boys qui devaient prendre la relève, en particulier Jeanot Bardottier et Rye Jorawon. Et avec l’arrivée de Nordic Warrior à partir de la 22e journée, l’écurie Perdrau devait enregistrer un cinq à la suite en autant de sorties avec ce coursier. «Nordic Warrior a été la révélation de l’année 2014. D’ailleurs, il a partagé le Up and Comer Award avec Ryder Cup» devait dire Yannick Perdrau, assistant-entraîneur de l’écurie . «On a enregistré un bilan bien honorable sauf pour Ritz Cocktail qui a eu des problèmes alors que Data Controller n’a pas performed comme on s’y attendait. Les grosses satisfactions – hormis Nordic Warrior – ont été aussi Kalinago et Icy Jet».
C’est avec un seul nouveau coursier que l’écurie Perdrau débutera la nouvelle saison. «La situation est assez difficile en ce moment pour les propriétaires avec les nouvelles mesures de la part de la MRA. Et pour cette nouvelle saison, ce sera un peu plus dur, car nos chevaux ont monté en rating et même Abington qui est passé à 71. Il va falloir être vigilant. On va aussi compter sur les autres nouveaux de l’année dernière tout en espérant qu’ils nous apportent un petit plus».
Ce sera le champion 2014 chez les local boys Rye Joorawon qui a été choisi pour piloter les chevaux de l’écurie. «Rye connaît très bien notre système de fonctionnement et il n’y a pas de soucis à se faire avec lui. De plus, il s’entend à merveille avec nos chevaux».
Pour Yannick Perdrau, le championnat des écuries sera certainement disputé entre trois établissements, à savoir Maingard, Rousset et Merven. «Pour notre part, comme on ne possède pas de chevaux chez l’élite, c’est très difficile de concourir aussi dans les courses de Groupe. Mais on va encore essayer de faire plaisir à nos propriétaires pour ramener le maximum de  victoires. Et pourquoi ne pas faire mieux que l’année dernière? »