Si ses quatre premiers succès arrivaient au compte goutte, l’écurie Maigrot a réussi son premier doublé de la saison samedi dernier. Mining Prospect et Iwayini, tous deux confiés à l’apprenti Hoolash en attendant l’arrivée de l’Australien Brad Parnham, ont été exacts au rendez-vous, réussissant le pillar to post dans leurs épreuves respectives. Ce doublé apporte une bouffée d’air frais à Hugues Maigrot et Rehaze Hoolash qui peuvent attaquer la seconde moitié de la saison avec plus de confiance.
Sur les cinq partants de l’établissement Maigrot samedi dernier, Mining Prospect et Iwayini sont ceux qui offraient les meilleures garanties, car ils étaient les deux seuls à avoir déjà visité la winner’s enclosure cette saison. Rehaze Hoolash qui avait déjà gagné sur le premier nommé avec lequel il avait aussi pris la troisième place dans la Barbé Cup, savait qu’il avait une belle carte à jouer avec ce fils de Rock Of Gibraltar. Sa seule crainte était sa tenue sur 1600m où il n’avait pas encore fait ses preuves. « Je suis très heureux que l’entraîneur Hugues Maigrot et le propriétaire, M. Christian Lafraisière aient renouvelé leur confiance en moi. C’est un cheval que je connais bien, car je l’avais mené à la victoire lors de la neuvième journée et j’avais pris la troisième place avec lui dans le Barbé. Il ne faut pas se battre avec lui. Il aime se retrouver seul aux avant-postes et n’aime pas le bruit. Aujourd’hui, en prenant les barres, un jockey a crié derrière moi et il a commencé à tirer. Au départ j’étais inquiet, mais j’ai préféré ne pas me battre avec lui et je l’ai laissé faire. Il est encore jeune et peut encore gagner en maturité. Mais il n’est pas dénué de qualités et devrait aller encore plus loin à l’avenir», a confié Rehaze Hoolash à Turf Magazine.
Mining Prospect figurait également dans les entrées de l’épreuve principale, mais après avoir fait son homework, Hugues Maigrot a jugé plus sage de l’aligner dans la septième course où il était le seul frontrunner. « Il est nouveau ici et on apprend encore à le connaître. Pour l’instant il nous a montré qu’il lui faut être devant pour qu’il soit compétitif. S’il court caché il n’a pas le même rendement. Il tire et ne se détend pas. C’est la raison pour laquelle on a fait l’impasse sur le championnat des 4-ans car avec Seeking Angelo dans la course, c’était pratiquement impossible d’aller courir devant. En outre, on avait hérité d’un mauvais couloir. On a donc opté pour cette course-là où sur papier, il n’y avait pas de frontrunner. Rehaze a monté une belle course. Le cheval a quand même dû puiser dans ses réserves pour aller jusqu’au bout», a déclaré à chaud l’entraîneur qui a ajouté, « Il est défnitivement un bon cheval sauf qu’il est un peu délicat et vulnérable s’il ne court pas à l’avant. Mais c’est sûr qu’on a un bon élément à l’écurie et on va essayer d’en profiter au maximum».
Tout comme Mining Prospect, Iwayini réalisa le bout en bout dans l’épreuve suivante. Cet alezan demeurait sur une victoire dans une valeur inférieure après deux bonnes tentatives. Certes, il affrontait des adversaires plus redoutables cette fois, mais sa première ligne et son léger handicap étaient autant d’éléments plaidant en sa faveur. Rehaze Hoolash sut saisir cette aubaine pour mener à bon port Iwayini qui résista à The Last Samurai jusqu’au bout. « Il a été très performant depuis le début de la saison. Il a gagné deux courses et s’est fait coiffer deux fois sur le poteau. On est monté un peu de classe, mais il avait une ligne favorable et un bon poids. C’était un bon engagement et ça a payé. Il n’a pas des tonnes de moyens mais il est généreux dans l’effort. C’est un fighter et il donne toujours le meilleur de lui-même. On l’a achété dans des ready-to-run. Il se bonifie avec le temps. Ce n’est qu’à 5 ans qu’il commence à se dévoiler. C’est très encourgeant et j’espère qu’il va continuer sur sa belle lancée. Son moral est au top actuellement et il est très bien dans sa tête. Je pense que ça l’a aussi aidé à faire la différence aujourd’hui», a observé Hugues Maigrot sur le parcours d’Iwayini.
Rehaze Hoolash en profitait pour porter son compteur à quatre cette saison et 27 durant sa carrière au Champ de Mars. Pour l’apprenti qui monte principalement les chevaux de l’écurie Rousset à l’entraînement, son stage d’une durée totale de six mois en Afrique du Sud l’a beaucoup aidé à s’améliorer récemment. Après ce doublé, il espère que les entraîneurs continueront à lui faire confiance. «C’est très bon pour le moral de remporter une victoire car pour nous apprentis-jockeys, il n’est pas évident d’obtenir des montes. Avec deux victoires, je suis encore plus satisfait. Vous savez, j’ai fait de gros efforts et d’énormes sacrifices afin d’aller en stage en Afrique du Sud. Je l’ai fait à mes propres frais, car je n’ai pas la chance comme d’autres d’avoir obtenu l’aide financière nécessaire du club, et aujourd’hui je n’ai pas de regret. Je remercie M. Maigrot qui depuis mon retour de l’Afrique du Sud m’a confié de meilleures montes. Je fais de mon mieux pour justifier la confiance placée en moi. Des fois je commets de erreurs en course mais il faut tenir en ligne de compte que les circonstances de course ne sont pas les mêmes à chaque fois. Mais dans ce domaine, on apprend des choses tous les jours. Pour cela, il faut aussi obtenir régulièrement des montes, et de bonnes de préférence. Je tiens à remercier Stéphanie Bax qui a été ma monitrice lorsque je montais aux écuries du Domaine Les Pailles, et aussi Soodesh Seesurun qui me donne beaucoup de conseils sur les principes à adopter en course», a conclu Hoolash.