La saison 2013 et ses tracasseries sont à mettre aux oubliettes et vivement celle de 2014. Si en 2012, la récolte fut plus conséquente, en 2013 rien que 20 victoires sont venues orner les vitrines de l’écurie. La présente saison se présente comme une première dans le sens où l’écurie Maingard a vu partir plusieurs de ses élements durant l’intersaison et devra beaucoup compter sur l’apport de nouvelles unités qui, on le sait, nécessitent souvent un temps d’adaptation. Ainsi, l’entraîneur se dit ne pas être pressé car la saison sera très longue et compte y aller tranquillement pour voir comment les choses vont évoluer en cours de route.
2013 aura été parsemé d’embûches pour Ricky Maingard. Le premier écueil se présenta en la personne du jockey Gaëtan Faucon qui fut pointé du doigt pour des fréquentations jugées inaptes aux conditions de son contrat d’embauche. Vint aussi une série de performances inexplicables des chevaux de l’écurie. Un manque de réussite qui nécessita plusieurs mois de recherches et d’investigations. Tout rentra dans l’ordre en fin de saison quand l’entraîneur prit la décision de surveiller de près tout ce qui touchait à la nourriture de ses chevaux dès que ces derniers se retrouvèrent entrés dans une course mais c’était trop tard et 2013 fut une saison bien en-dessous des prévisions.
Heureusement que tout ne fut pas noir. 2013 permit néanmoins d’assister à la confirmation de tout le bien qu’on pouvait penser de Tales Of Bravery. A  6 ans, certains pouvaient se demander si ce compétiteur n’était pas déjà au bout du rouleau. Après une entrée timide mais néanmoins prometteuse — le mauvais temps y était pour beaucoup — il s’illustra dans la Barbé Cup avant de s’adjuger la Coupe d’or. Il aurait sans doute pu aussi inscrire son nom sur les tablettes des vainqueurs de la Princess Margaret Cup s’il n’avait pas été victime d’une grosse gêne en début de parcours.
Parmi les autres nouveaux, on devra néanmoins reconnaître que la satisfaction ne fut pas de mise. Reste qu’on peut évoquer des problèmes de santé sans oublier la période évoquée plus haut.
Tant et si bien que l’écurie Maingard, en dépit du fait qu’elle compte dans ses rangs une trentaine de chevaux, dont bon nombre sont des nouveaux, peut espérer jouer les  trouble-fêtes surtout qu’elle s’est associée à un certain Robbie Burke. Il faudra s’appuyer sur les arrivants de 2013 et la vieille garde en attendant que les acquisitions effectuées, en particulier des jeunes chevaux, pour la nouvelle saison, entrent de plain, pied dans la bataille.
Le choix de Robbie Burke peut étonner surtout si on se souvient de la Coupe d’or 2012, mais Ricky Maingard a fait son choix et trouve que l’Irlandais est un professionnel jusqu’au bout des ongles et possède l’avantage de bien connaître l’hippodrome et toutes les difficultés qu’il présente.