L’indiscipline au niveau des collèges ainsi que les problèmes découlant du rapport Manraj dans le secteur de l’éducation ont fait l’objet d’une conférence de presse de la FCSOU hier. La nomination d’un ministre de l’Éducation distinct pour le secondaire a été suggérée.
Le président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), Narendranath Gopee, a déploré l’augmentation drastique de l’indiscipline au niveau des écoles du secondaire. Selon lui, le ministère est trop faible pour prendre des actions concrètes. « Minis Bunwaree pe pran desizion kat kwin miray pou bann lekol sof ki sa bann laksion la pa pe servi nanie ». Avec l’accroissement de l’indiscipline, Narendranath Gopee trouve que la réaction des enseignants est par moment justifiée. Il avance que le vrai problème viendrait du ministre. « Problem se ki nou ena enn minis depase, li pe inpoz enn bann desizion ki pe fair ki bann kolez pe perdi zot indepandans, san konte ki gouvernman pe deless tou bann aksion ki bann rekter kolez pe pran ». En se référant aux systèmes de caméras de surveillance, il ajoute aussi que « Bunwaree pa kav pran desizion li tousel, bann profeser la osi ena zot mo a dir. Li zis pe fair kapital politik parski o nivo bann kolez, nou pa pe trouv okenn laksion ki pe konkretize ». Et de suggérer que le Premier ministre instaure un ministère de l’Éducation secondaire EN laissant Vasant Bunwaree s’occuper du primaire uniquement, où il fait « un travail formidable ». « Sa sistem sekonder la pa pou toler sa bann zigzag ki Bunwaree pe fer la ankor lontan ».
Au niveau du rapport Manraj, le secrétaire de la FCSOU, Vikash Ramdonee, a tenu à clarifier certaines critiques concernant l’alignement salarial entre les instituteurs et les profs du secondaire. Suite au rapport de Dev Manraj, dit-il, des problèmes ont surgi au sujet des diplômes qu’avaient les enseignants des deux catégories. Contrairement à ce que pensent le public et le gouvernement, soutient-il, les diplômes des instituteurs n’équivalent pas à ceux des enseignants du secondaire. « Manraj ek so comite pa finn pran sa en konsiderasion ». « Le Mauritius Institute of Education (MIE) n’est pas un awarding body, il ne peut pas donner ce genre d’équivalence entre le primaire et le secondaire comme bon lui semble parce que les diplômes ne sont pas les mêmes. De plus, les écoles du secondaire ont, en plusieurs fois, envoyé des memorandums à Vasant Bunwaree mais pas une seule fois le ministre n’a fait l’effort de rencontrer le syndicat ».
En plus du fossé entre le primaire et le secondaire, dit Vikash Ramdonee, il y a aussi un problème entre les écoles privées et celles de l’État. Il trouve qu’il faudrait pallier cela parce que les collèges d’État ont « zero prospect for promotion » comparé à ceux du privé. « Les collèges d’État n’ont pas de remplaçants, sans compter qu’il faudrait diminuer le nombre d’élèves par enseignant. Cela fait deux ans que Bunwaree n’écoute pas la voix des enseignants et du coup ils ne sont plus motivés à travailler. C’est uniquement le secteur primaire qu’il prend en considération ; le secondaire est complètement délaissé ». Selon les membres de la FCSOU, tous les projets initiés par Vasant Bunwaree ont été un « flop total ».
Aujourd’hui aura lieu une nouvelle rencontre avec le comité exécutif de la FCSOU pour décider de la marche à suivre.