Maurice a entamé sa transition vers les énergies vertes. Avec la ferme éolienne à Plaine des Roches, la ferme photovoltaïque à Bambous, les projets à base de canne à sucre tels que la production d’énergie à partir de la bagasse, la production de bioéthanol, Maurice semble sur la bonne voie pour se reposer moins sur les énergies fossiles et arriver à son objectif d’atteindre les 35% de sa production d’énergie à partir de sources renouvelables.
Lentement mais sûrement, Maurice commence à se mettre aux énergies vertes, qui sont moins polluantes et renouvelables, contrairement aux énergies fossiles. La ferme éolienne de Plaine des Roches, qui a débuté ses activités cette année; la ferme photovoltaïque de Bambous, qui opère depuis 2013; l’énergie produite à travers la bagasse par Omnicane, ainsi que la production de bioéthanol sont quelques exemples de cette transition énergétique. La décision du CEB de permettre aux petits producteurs d’électricité de lui revendre leur surplus va également dans ce sens. “Petit à petit, il y a un effort significatif qui est fait. Ce n’est pas suffisant, mais il faut donner du temps au temps. Toute transition énergétique s’étale sur la durée. Cela prend vingt à quarante ans pour faire une transition. Espérons que cela soit suffisant en fonction des changements qui se passent. Il faudra soutenir cet effort dans les années à venir”, soutient Karim Jaufeerally, expert en énergies renouvelables de l’Institute for Environmental Studies.