La semaine écoulée a vu une successsion de « VVIPS », impliquées dans des enquêtes  policières, au QG du Central CID. En moins de trois mois, deux anciens occupants du maroquin d’Attorney General, ont été inculpés provisoirement avec les malheurs de Rama Valayden pas encore terminés car il a été convoqué de nouveau mercredi pour être interrogé dans deux autres enquêtes, dont les conséquences pourraient être aussi accablantes que la première. Une autre personnalité de marque, attendue encore en début de semaine, n’est nulle autre que Jaye Jhingree, Chief Executive Officer au sein de la compagnie Kross Border Corporate Services Ltd., sur qui pèse une menace d’arrestation et de comparution devant le tribunal de Porrt-Louis. De son côté, l’ex-instructeur du Mauritius Institute of Training and Development (MITD), Narain Chedumbrum, dont le nom est cité depuis 11 mois dans des allégations de pédophilie, a finalement été rattrapé par les dénonciations de son ancienne épouse avec à la clé une inculpation provisoire de complot pour entrave à la justice.
La semaine écoulée a vu une successsion de « VVIPS », impliquées dans des enquêtes  policières, au QG du Central CID. En moins de trois mois, deux anciens occupants du maroquin d’Attorney General, ont été inculpés provisoirement avec les malheurs de Rama Valayden pas encore terminés car il a été convoqué de nouveau mercredi pour être interrogé dans deux autres enquêtes, dont les conséquences pourraient être aussi accablantes que la première. Une autre personnalité de marque, attendue encore en début de semaine, n’est nulle autre que Jaye Jhingree, Chief Executive Officer au sein de la compagnie Kross Border Corporate Services Ltd., sur qui pèse une menace d’arrestation et de comparution devant le tribunal de Porrt-Louis. De son côté, l’ex-instructeur du Mauritius Institute of Training and Development (MITD), Narain Chedumbrum, dont le nom est cité depuis 11 mois dans des allégations de pédophilie, a finalement été rattrapé par les dénonciations de son ancienne épouse avec à la clé une inculpation provisoire de complot pour entrave à la justice.
La prochaine séance d’interrogatoire Under Warning, fixée, mercredi, s’avère être décisive pour Me Rama Valayden, dont les services avaient été retennus par Younousse Katoaroo, le banquier de la Bramer Bank, accusé d’être le cerveau du détournement de Rs 80 millions. Vendredi, les limiers du Central CID ont entendu de nouveau Sadek Katoaroo, le père du principal suspect, qui avait pris contact avec Me Valayden pour assurer la défense de son fils.
L’objectif des enquêteurs avec l’exercice de vendredi est d’obtenir une novelle confirmation des faits autour des frais honoraires de Rs 2 millions agréés lors de cette rencontre et le versement d’une somme de Rs 1,5 millions à Rama Valayden et le reste en deux tranches à un Junior des Valayden Chambers. Rama Valayden sera confronté à ces détails avec une éventuelle inculpation provisoire de Money Laundering compte tenu de la provenance des fonds utilisés pour le paiement des honoraires.
D’autre part, très peu de renseignements ont transpiré quant aux raisons derrière la décision tardive du Central CID de convoquer pour interrogatoire l’assistant commissaire de police Dip, dont l’épouse et le fils sont impliqués dans cette affaire de détournemet au préjudice de la Bramer avec une trentaine de suspects déjà inculpés. Les enquêteurs croient savoir que l’ACP Dip devraiot être en mesure de faire progresser cette enquête initiée en août 2011.
Rama Valayedn sera également interrogé par rapport aux allégations d’un témoin Jayen Ramtohul dans l’enquête du meurtre de Denis Fine le 3 janvier 2010 à la Maison-Blanche à Pamplemousses. Ce témoin qui s’est rétracté, devait déposer contre Sada Curpen dans le cadre de ce procès.
A ce jour, Rama Valayden a été inculpé et remis en liberté provisoire suite à des allégations d’Ahkee Khimajee en marge de la GamblingGate pour avoir tenté de convaincre ce suspect de modifier sa version pour mettre hors de cause Jean-Michel de Sport Data Feed Ltd et Me Noor Hossenee dans l’affaire de l’injonction truquée de la Cour suprême.
Pour sa part, Jaye Jhingree, qui se bat pour éviter une inculpation provisoire, devra êre fixé sur son sort mardi. Il devra retourner au QG du Central CID en compagnie de ses conseils légaux pour répondre à des accusations de Forgery portées contre lui par un partenairs d’affaires dans le Global Business Sector, Reddy Kolanda, un Indien domicilé aux Etats-Unis.
Le Chief Executive Officer de Kross Border Corporate Services maintient que cette affaire relève d’un litige commercial et rien du domaine pénal. Suite à ces démêlées avc la police et avec quatre des Local Resident Direcors de cette Management Company inculpés provisoirement pour le même délit de faux et usage de faux, Jaye Jhingree a contre-attaqué avec des réclamations en dommages et intérêts de Rs 1 milliard contre son accusateur.
Par ailleurs, Narain Chedumbrum, cité dans l’affaire de pédophilie alléguée au MITD, a été arrêté et inculpé suite aux accusations de son ancienne épouse. Cette dernière l’avait accusé de l’avoir tenté de persuader en vue de revoir les détails de l’affidavit juré en décembre dernier et portant sur les dessous des messages et appels téléphoniques. Défendu par Me Assad Peeroo, il a retrouvé la loberté provisoire avec ordre de la Cour de Curepipe de ne pas s’approcher de son ancienne épouise.
Kevin Arthopah a eu moins de chance que son frère Florent Jeannot dans le VarmaGate. Après deux jours d’interrogatoire, ce steward de la compagnie aérienne nationale, qui a retenu les services de Me Ravi Yerrigadoo, a été inculp^é de complot. Il n’a pas eu à fournir de caution pour retrouver la liberté est s’est permis le luxe de refuser de soumettre ses empreintes digitants à la police.