L’entraînement Gujadhur a, semble-t-il, eu la main heureuse avec ses nouveaux. C’est le cas de le dire car ce sont eux qui ont tenu la baraque dans ce premier tiers de la saison. En effet, à eux seuls ils ont ramené six des huit victoires de la casaque bleu électrique. Samedi dernier, ce fut au tour de Malak El Moolook d’emboîter le pas à Cape Horn (2), Chap Trap, Ready To Attack et Without A Doubt. Ce qui place l’entraînement Gujadhur en tête du hit-parade des établissements à avoir fait triompher le plus grand nombre de nouveaux en ce début de saison.
Même s’il était offert à une cote généreuse de Rs 1000 pour une mise de Rs 100 chez les bookies, la victoire de Malak El Moolook ne constitue pas pour autant une surprise en ce sens qu’il avait été l’auteur de bons débuts derrière Cherish The Charm lors de la 4e journée. On se souvient que ce jour-là, malgré qu’il n’eut pas toutes ses aises sur une piste rendue molle par les averses, il avait pris une bonne troisième place à 2,75L du vainqueur. Le fils de King’s Chapel avait progressé à l’entraînement depuis mais son entourage était pris entre deux feux. Soit le faire courir la première manche du championnat des 4-ans, soit l’aligner dans une course de C4 (B56) où, pensait-il, le champ était plus à sa portée.
Après consultation avec ses fils, Ramapatee Gujadhur porta son choix sur la deuxième option, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle s’est avérée payante. « Il devait toutefois composer avec une mauvaise ligne, ce qui n’était pas gagné d’avance. Je suis très content pour Steven Arnold qui, il me semble, est quelque peu mis sous pression par le public (rires). Les courses sont très compétitives. Il faut faire avec et il faut aussi qu’on soit patients. Si on gagne une course par journée, on serait très contents », affirme l’entraîneur, qui est d’avis que Malak El Moolook saura tirer son épingle du jeu dans sa catégorie « pour avoir couru en bonne compagnie en Afrique du Sud. »
« He does not explode »
Steven Arnold s’est lui attardé sur la façon de courir de Malak El Moolook. « He is not the kind of horse that would explode. He just keep coming, which is not a bad thing in itself.  But he was off the bridle quite a long way out and to be honest, I was a little bit scared. Fortunately he kept coming strongly which suggests that he might need more distance. I think a mile will suit him perfectly », estime l’Australien.
Outre Malak El Moolook, Steven Arnold avait de belles cartes à jouer samedi dernier. À commencer par Van Der Scaler, qui fut installé favori de la 2e course après sa rentrée victorieuse. Mais ce coursier ne put faire mieux qu’une modeste 6e place à 8L du vainqueur. « He was very disappointing. He lead easy. I thought he would give me a good kick coming to the corner but he faded badly. May be we should go back to a 1000m with him », dit notre interlocuteur. À la décharge de Van Der Scaler, il faut souligner que Power Dive ne lui a pas facilité la tâche en étant constamment sur ses talons sur la majeure partie du parcours.
Ensuite, il y eut Chap Trap dans l’épreuve de clôture. Alors qu’on pensait que cela se jouerait entre Varational et lui, c’est Prince George qui, à la surprise générale, mit tout le monde d’accord. « The wide draw was such that he had to do a little bit of work round the first corner. Then I got behind the favourite and he travelled well. I actually thought at the 400m that we would win the race but the leader kept going and proved too strong on the day. »
En ce qu’il s’agit de Silver Snaffles, Steven Arnold dira que c’est la piste qui a sans doute joué contre lui. « Just as it was the case on his last outing, it seems that he cannot accelerate on a wet ground. I’m more incline to see him on a good ground because in my opinion, he is worth more than that. »
De Bulsara, l’Australien estime que l’état la piste conjugué à un manque cruel de train lui a été néfaste. « Being a natural finisher, it was like asking too much from him. »