Zinaida Ameerally-Ramjan est la grande gagnante du National Women Entrepreneur Council Award, toutes catégories confondues, dont la finale s’est tenue hier au Indira Gandhi Cultural Centre à Phoenix devant un parterre d’invité et de ministres. La directrice de Zinaida A. Ramjan Ltee s’est également distinguée dans la catégorie Textile. Les autres gagnantes du concours dans la catégorie Service, Agro-industrie et Artisanat sont respectivement Gladyse Lavigilante de Capline Call Centre Ltd, Christiane Chowree de DCF Roots Company Ltd et Sylvie Marie Francesca de L’Art du Verre.
Les lauréates se sont distinguées parmi les 257 candidatures qui ont été enregistrées dans le cadre de ce concours organisé par le National Women Entrepreneur Council et le ministère de l’Égalité des Genres ayant pour but de reconnaître le parcours des femmes regroupées dans les secteurs d’activité où elles ont choisi d’opérer en lançant leurs propres entreprises. 135 candidatures ont été retenues dans 4 catégories : l’artisanat, le textile, l’agrobusiness et les services.
L’édition 2014 de ce concours avait été lancée par le Premier ministre, Navin Ramgoolam en mars dernier lors de la Journée internationale des Femmes et était ouverte à toutes les femmes entrepreneurs enregistrées auprès du NWEC. S’adressant aux candidates lors de la cérémonie de remise de prix hier, la ministre Mireille Martin devait qualifier un entrepreneur d’« aventurier qui prend des risques calculés ». L’entrepreneur, a poursuivi la ministre, est non seulement catalyseur d’emplois et de richesse, il ou elle véhicule également des valeurs uniques telles la créativité, l’innovation et le dépassement de soi. « Il faut non seulement du courage pour se présenter à une compétition, mais il faut également croire en son produit et ses capacités. En ce sens, toutes les participantes, mêmes celles qui ne sont pas finalistes aujourd’hui, sont à mes yeux des gagnantes. Parce qu’il leur a fallu se dépasser elles-mêmes et surmonter leurs appréhensions premières », a-t-elle déclaré. Mireille Martin s’est dite impressionnée par le nombre de dossiers de candidatures soumis à ce concours.
Cependant, le monde des affaires reste un monde globalement dominé par les hommes, constate la ministre. « Des différences liées au genre font que les femmes ont davantage de difficultés à concrétiser leurs projets ou à monter dans la hiérarchie de certaines entreprises. Il arrive aussi que celles qui s’engagent sur cette voie s’interrogent sur l’incidence de leur projet sur leur vie familiale. Le monde des affaires, qu’on le veuille ou non, reste éminemment masculin. Nos statistiques démontrent que seulement 14 % des femmes ont leur propre business », a-t-elle expliqué. Cette disparité criarde, selon la ministre, souligne clairement que l’entrepreneuriat féminin est un domaine encore largement sous-exploité. « Pourtant, être femme entrepreneur est une alternative stimulante aux options traditionnelles d’emploi salarié », a-t-elle ajouté.
À noter que Bibi Shameerah Banu Nahoor de Luffah Handicraft Co Ltd a reçu la mention du jury.