L’immense région de l’est s’est réveillée très tôt, comme à l’accoutumée. Et, en ce samedi 17, l’heure était surtout aux prochaines élections villageoises. Mais pas pour tous. En ce Nomination Day dans les villages et autres grandes agglomérations de la partie est de notre île, ils ont été très nombreux à chauffer leurs troupes et venir s’inscrire comme candidats. Avec, souvent, au moins trois femmes sur les neuf candidats ! Parmi les habitants, cependant, l’euphorie et l’excitation de la prochaine joute n’avait pas vraiment cours…
Si aux abords des écoles retenues par la Commission Électorale pour abriter les Nomination Centres des villages de l’est, la présence des policiers et agents était visible, en revanche, le long des artères principales des villages ou des agglomérations principales, les habitants de l’endroit vaquaient à leurs occupations habituelles, sans vraiment porter attention aux prochaines élections villageoises.
« Nimport ki lekip ki vini, mem zafer ! », lache Rajesh, habitant de Trou-d’Eau-Douce. Ce fonctionnaire d’une trentaine d’années dit préférer flâner avec sa femme et leurs enfants. « Shopping impe ek manze, rant lakaz, guet football, relax. Pa anvi fatig latet ek sa bann zafer la… » Un peu plus loin, vers Montagne-Blanche, Noor est carrément surpris : « Eleksion ? Ki eleksion ? Ah bon, ena eleksion… Wi, se vre. Mo pa ti o kouran ki « nomination day » zordi sa… »
En revanche, parmi les candidats, l’heure était aux défis. Le ton est donné par la bande à Vikash Jeebun, du Mouvement Social de Poste-de-Flacq : « Nous sommes une bande de jeunes de la localité. Nos membres n’ont pas plus de 30 ans. Nous avons décidé de nous porter candidats parce que nous en avons carrément marre de cette « dictature » qui dure depuis 28 ans ici ! L’actuel président du village lui-même, supposé être l’homme fort et, d’une certaine manière, un modèle pour les habitants, tient une taverne. Est-ce une manière d’aider les jeunes à devenir plus responsables et faire d’eux des citoyens valables de demain ? Qui plus est, tout progrès réalisé par le gouvernement central pour notre région, cet homme s’en adjuge la gloire, alors qu’il ne bouge pas un doigt pour nous ! Nous préférons combattre ce type de mentalité. Et c’est pour cela que nous avons présenté notre équipe de jeunes dynamiques. »
L’équipe de Vikash Jeebun compte en effet dans ses rangs une universitaire de 21 ans, Nitisha Kanteevam, étudiante en Business Management : « Un de mes colistiers, Navin, m’a convaincu de présenter ma candidature. Monn senti kinn ariv ler mo fer kiksoz pu mo lendrwa. »
Son de cloche identique du côté de Centre-de-Flacq, où Tharuna Jeetah, directrice de sa propre compagnie, est présentée par Noël Bonbon, du Mouvement Progrès de Centre-de-Flacq, comme « la leader de notre parti ». Avec ses trois hommes et six femmes candidats aux villageoises 2012, le Mouvement Progrès de Centre-de-Flacq souhaite « en finir avec un système dominé par les hommes », explique Mme Jeetah. « Nou Premye minis finn dir fode ena plis madam dan eleksion ek dan politik. Li rekonet donk ki madam ena so plas ek zot kompetans. » Celle qui est également la présidente du Faucon Flacq Athletic Club et vice-présidente du Faucon Flacq Sporting Club renchérit : « Il est temps pour les femmes, qui gèrent mieux les affaires et sont plus responsables que les hommes, aient la chance de faire leurs preuves ! »
Une idée partagée par le candidat indépendant Swaleybee Jahangeer, de Montagne-Blanche : « Mo tia kontan ki trwa madam dan sakenn sa de parti ki pe poze la gayn eleksion. Inn ler donn madam zot sans. Akoz ziska ler, ban zom finn dirizer me zot pa finn fer gransoz ! »