Poursuivi pour évasion de la prison de Grande-Rivière Nord-Ouest (GRNO), Steeve Monvoisin a été condamné ce matin à 18 mois de prison par la magistrate Niroshini Ramsoondur. Bien que son avocat Me Rama Valayden eût dans sa plaidoirie demandé qu’une amende lui soit imposée, la magistrate s’est attardée sur la gravité du délit et de la nécessité d’imposer une peine d’emprisonnement dans ce cas. Les 14 mois qu’il a passés en remand seront toutefois déduits de la sentence. Steeve Monvoisin purgera cette peine après les 16 ans de servitude pénale imposés par la Cour d’Assises pour le meurtre de Gérald Lagesse.
En prononçant la sentence ce matin, la magistrate Niroshini Ramsoondar a attiré l’attention sur le fait que dans sa plaidoirie, Me Rama Valayden, s’appuyant sur un autre cas, avait demandé que la Cour inflige une amende à Steeve Monvoisin. La magistrate a cependant soutenu que les charges retenues dans cet autre procès étaient différentes de celles contre Steeve Monvoisin et que la teneur de la sentence ne pouvait être similaire. Bien que la loi prévoie une peine d’emprisonnement de huit ans pour le délit reproché à Steeve Monvoisin, après avoir tenu compte du fait qu’il avait plaidé coupable, la Cour lui a infligé une peine d’emprisonnement de 18 mois desquels seront déduits les 14 mois qu’il a déjà passés en remand. La magistrate l’a ainsi informé qu’il purgera cette peine après les 16 ans de servitude pénale pour le meurtre de Gérald Lagesse.
Rappelons que Steeve Monvoisin avait été condamné par la Cour d’assises en mars 2013 à 16 ans de prison pour meurtre sans préméditation (manslaughter) de Gérald Lagesse, ancien Customer Care Supervisor à la Mauritius Commercial Bank (MCB). Crime commis au siège de l’institution bancaire à la rue Sir William Newton, à Port-Louis, le 11 février 2005, au cours d’un braquage. Rs 51,8 millions avaient été emportées ce jour-là.
Le 27 juin 2010, des détenus, profitant d’une altercation entre des gardes-chiourmes et des prisonniers, avaient réussi à s’enfuir de la prison de GRNO. Si certains se sont rendus à la police peu de temps après, d’autres ont été traqués par une unité créée à cette fin. Steeve Daniel Monvoisin était parmi les 34 évadés. Le DPP avait décidé de rayer la charge de complot qui pesait sur lui après que son homme de loi Me Rama Valayden eut souligné dans sa plaidoirie que son client n’était par le cerveau de ce plan d’évasion. Monvoisin était ainsi poursuivi pour évasion seulement. Me Rama Valayden avait rappelé quelques parties des déclarations données par son client à la police, dont celle du 9 juillet 2010 dans laquelle il disait : « Beerbul finn kontakte mwa a traver fencing ek li finn dir mwa ena enn plan pou boure la, eski to pou ale ? » L’avocat a souligné que dans d’autres déclarations, l’accusé a parlé dans le même sens, ce qui permet de conclure qu’il n’était qu’un suiveur, sinon un spectateur mais pas un cerveau. « A count for conspiracy should not be included with counts charging substantive offences if the inclusion will result in unfairness to the defence (See R v Jones supra). It is submitted that from the facts of the case, it is grossly unfair to have the conspiracy charge against the accused », avait insisté Me Valayden.