Le Board of Investment (BoI) et le Mauritius Africa Fund (MAF) exhortent les opérateurs économiques mauriciens à prendre avantage du cadre de facilitation des affaires qui est mis en place en vue d’asseoir leur implantation au niveau du continent africain.
Le gouvernement mauricien, soulignent le BoI et le MAF dans une communication officielle, considèrent les opportunités d’affaires offertes en Afrique comme un moyen viable pour étendre l’espace économique et développer leurs activités en vue de réaliser une croissance soutenue. Le taux de croissance économique de l’Afrique subsaharienne, rappellent les deux institutions, a atteint une moyenne d’environ 5% au cours de la dernière décennie. « Stronger public institutions, a supportive private sector focused policy environment and a sustained commitment to structural reforms have greatly expanded international investment opportunities in Sub-Saharan Africa », font ressortir les deux agences.   
Evoquant la stratégie africaine du gouvernement, le BoI et le MAF indiquent qu’elle consiste en la création d’un cadre approprié pour le renforcement des affaires avec les opérateurs africains. Dans le sillage de la mise en place de ce cadre, provision est faite pour la conclusion d’accords gouvernement à gouvernement, d’une coopération au niveau des institutions, d’échanges d’hommes d’affaires, de facilitation des investissements et des exportations et la disposition d’un réseau d’informations sur les différents marchés africains.  
Une autre composante importante de cette stratégie africaine est la création d’un environnement physique, par le truchement de zones économiques spéciales, pour accommoder les investissements et opérations des entreprises mauriciennes. Des choix spécifiques sont effectués, les premiers pays sélectionnés étant le Sénégal, Madagascar et le Ghana. En ce qui concerne le Sénégal, il est question de créer une zone industrielle et un Cargo Village tout près de l’aéroport de Dakar. A Madagascar, la zone économique spéciale sera développée à côté du port Ehoala, à Fort-Dauphin. Des facilités portuaires, des zones pour des unités manufacturières, des services financiers, des services logistiques et pour des activités liées au secteur touristique sont prévues. Au Ghana, Maurice a été approchée pour développer un parc technologique et des services logistiques.   
Selon les milieux officiels, suite à des accords avec les gouvernements respectifs, des développements sont envisagés dans deux autres pays : Côte d’Ivoire et Sao Tomé & Principe. « Opportunities exist in the ICT, biotech and agri-business sectors in Côte d’Ivoire whereas Sao Tomé & Principe wishes to attract investment in tourism and financial services », précise-t-on. Par ailleurs, conformément à sa stratégie de promotion des investissements, le BoI effectue cette semaine un “road-show” en Afrique du Sud, ciblant plus particulièrement Cape Town, Durban et Johannesburg. Des petits-déjeuners avec des opérateurs économiques sont au programme en vue de présenter l’environnement des affaires à Maurice et les opportunités d’investissement dans divers secteurs.
La délégation du BoI a prévu des rencontres « one to one » avec des hommes d’affaires dans les trois localités désignées, en particulier ceux dont les sociétés opèrent dans les secteurs manufacturier, du port franc, des TIC, de l’industrie cinématographique, de la santé et de l’immobilier.