Source photo : internet

À l’approche des élections américaines, le réseau social annonce que les deepfakes seront désormais interdites sur la plateforme.

Sur son blog, l’entreprise déclare que les « vidéos altérées par une intelligence artificielle d’une manière qui induirait probablement quelqu’un en erreur » seront interdites. Autrement dit, placer le visage de Donald Trump, par exemple, sur le vôtre afin de lui faire dire n’importe quoi ne sera plus permis sur le réseau social.

Facebook ne supprimera pas pour autant toutes les vidéos (les parodies et les vidéos satiriques ou de divertissements seront acceptées), mais certaines seront labélisées comme étant « fausses ».

« Si nous supprimons toutes les vidéos deepfakes, nous pensons que notre travail ne serait pas bien fait. En effet, les vidéos truquées seront toujours disponibles ailleurs sur Internet ou sur d’autres réseaux sociaux. En les laissant sur notre plateforme et en les étiquetant comme fausses, nous expliquons à nos utilisateurs pourquoi elles le sont », a fait valoir l’entreprise de Mark Zuckerberg qui aura fort à faire avant les élections de novembre 2020 aux États-Unis, Facebook étant la plateforme la plus privilégiée pour diffuser et répandre de fausses informations, et notamment des « fake news » politiques.

L’été dernier, une vidéo deepfake modifiant un discours de Nancy Pelosi, présidente de la chambre des représentants américaine et à l’origine de la procédure d’impeachment de Donald Trump, avait fait le tour de Facebook, sans que la vidéo soit supprimée. À l’époque, l’entreprise affirmait que la vidéo n’avait enfreint aucune des règles de la plate-forme.