Les deux ressortissants malaisiens, Yeoh Woei Tyng, 29 ans, et Choo Kui Chou, 35 ans, coupables d’avoir utilisé de fausses cartes de crédit pour effectuer plusieurs achats, prendront finalement connaissance de leur sentence le lundi 12 août. Ils s’étaient offert des objets de valeur, dont une montre en diamant valant Rs 800 000 et un chaîne en or, saisies lors de leur arrestation l’année dernière.
Les ressortissants malaisiens sont arrivés à Maurice le 4 octobre 2012 et s’apprêtaient à quitter le pays mais ont été arrêtés avant de prendre l’avion à l’aéroport SSR avec dans leurs valises tous les produits haut de gamme obtenus avec les cartes de crédits falsifiées. Pendant leur séjour, les Malaisiens avaient loué des chambres d’hôtel à Calodyne-sur-Mer et Les Cocotiers, Baie-du-Tombeau. Ils avaient comme mode opératoire l’utilisation d’une carte pour un achat avant de la détruire.
Yeoh Wei Tyng et Choo Kui Chou étaient recherchés par la police, à qui des responsables de magasins avaient rapporté que les deux suspects avaient acheté plusieurs articles de luxe avec de fausses cartes de crédit. Les deux hommes avaient ensuite quitté leur chambres d’hôtel sans avoir réglé la note.
Sur les cartes falsifiées, les noms des deux ressortissants de la Malaisie sont bel et bien inscrits et concordent avec ceux sur leurs cartes d’identité, mais le numéro de la carte bancaire est celui d’une de leurs victimes. Lors de leur interpellation à Plaisance, un des suspects devait se retrouver avec 20 cartes falsifiées restantes, et l’autre trois. Dans les milieux autorisés, on n’écarte pas la possibilité que les cartes auraient été par la suite utilisées pour de nouveaux achats dans d’autres pays.
Les deux Malaisiens ne sont pas les premiers à avoir utilisé de fausses cartes pour plusieurs achats. En septembre 2012, 146 fausses cartes de crédit ont été saisies sur six ressortissants de la Malaisie.
Hier, le magistrat Raj Penthiah a décidé de reporter la sentence des ressortissants malaisiens en indiquant qu’il devra prendre en considération la situation actuelle des deux accusés. Il a souligné que les Malaisiens sont à Maurice depuis la fin de l’année 2012 et se trouvent sans famille pour subvenir à leurs besoins, étant donné qu’ils n’ont pas d’argent.
Le magistrat a précisé qu’il est de son devoir de s’assurer que la sentence qu’il prononcera pourra être satisfaite. Sinon, les accusés se retrouveront sans passeport puisque les leurs ont été confisqués aussitôt leur arrestation. Raj Penthiah a aussi mis l’emphase sur le fait que les Malaisiens avaient rendu à la police tous les produits qu’ils avaient acquis par des moyens illégaux ce qui parlera en leur faveur lorsqu’il rendra sa sentence. Il a donné aux accusés la garantie que toute période qu’ils auront passé on remand sera considérée comme served sentence.