Photo d'illustration
  • Le cauchemar des usagers du transport en commun s’annonce encore plus dramatique aux alentours de la gare Victoria pour les heures de pointe de cet après-midi
  • Une heure de plus sur la durée normale pour arriver à Port-Louis dans la matinée

Les usagers du transport en commun, de même que les conducteurs de véhicules, ont vécu un véritable cauchemar. Il fallait compter plus d’une heure supplémentaire sur la durée normale pour arriver dans la capitale ce matin.

Sur La Nationale, avec des arrêts de bus pour les principaux opérateurs aménagés sur la première voie de l’autoroute, le trafic, soit en direction du Sud ou du Nord de l’île, était Grid-Locked. Le cauchemar s’annonce encore plus stressant à l’heure de pointe de cet après-midi, avec le cumul de la sortie de classes et de la fin de la journée de travail. A ce matin, les autorités responsables semblent dépassées par l’envergure du problème routier à l’entrée de la capitale.

Ainsi, les changements apportés aux opérations des compagnies d’autobus à la Gare Victoria, à Port-Louis, depuis samedi dernier, ont débouché un embouteillage monstre sur nos routes ce lundi matin.

C’était prévisible en l’absence de communication et surtout sur la base des dispositions physiques pour canaliser le trafic piétonnier avec des risques croissants de perturbation du flot de véhicules. Pour ne dire que cela. Les autobus provenant du sud de l’île sont arrivés dans le centre-ville avec plus d’une heure de retard.

Des passagers avaient le visage inquiet et crispé. Certains ont passé plus de trois heures dans le bus. Il nous revient que le plus gros cafouillage a eu lieu samedi, quand les bus n’ont plus eu accès à la Gare Victoria.

Nos routes ont connu ce matin un gros embouteillage et il semblerait que les changements apportés aux opérations des autobus à la Gare Victoria en sont les causes.

« Depuis samedi, nos habitudes ont changé. Aucun autobus n’a accès sur la gare Victoria. Nous opérons aux nouveaux endroits identifiés par la National Transport Authority (NTA). Samedi, il y avait un cafouillage à l’entrée du centre-ville. Les rues de la capitale étaient bloquées, car les chauffeurs avaient du mal à se rendre à leur nouvel endroit de stationnement. C’était un véritable cauchemar de venir en ville samedi », nous confie un receveur de la compagnie CNT.

Alors que les employés d’autobus croyaient que les problèmes étaient derrière eux, le pire s’est présenté ce lundi matin. Les autobus provenant du sud de l’île, à savoir Mahébourg, L’Escalier, Chamouny et Rivière des Galets sont arrivés à Port-Louis avec plus d’une heure de retard. Une habitante de l’Escalier, qui vient au travail en voiture, avance qu’elle a enregistré un retard d’une trentaine de minutes.

« Je suis arrivée à mon lieu de travail vers 9h 40. J’ai fait le parcours de L’Escalier à Port-Louis en voiture. J’imagine que les personnes qui ont voyagé en bus ont pris plus de retard que moi », affirme notre interlocutrice.

Une autre habitante du sud abonde dans le même sens. « J’ai pris le bus à 6h35 comme à l’accoutumée. Normalement, s’il n’y a pas d’embouteillage, j’arrive à Port-Louis avant 8h et quand il y a un embouteillage léger, j’arrive vers 8h15. Aujourd’hui, je suis arrivée à la gare vers 9h15. La route était bloquée à partir de Midlands. Ce n’est qu’après Réduit que la circulation est devenue un peu fluide », déplore cette habitante de Souillac.

Plus de deux heures à s’asseoir dans un bus en direction de la capitale. Les passagers avaient le visage fatigué. Certains ne cachaient pas leur impatience et leur inquiétude, surtout ceux qui devaient se rendre au travail, alors que d’autres ont profité pour faire une petite sieste. On pouvait entendre des passagers qui téléphonaient à leur bureau pour informer leur chef de leur retard.

Selon nos informations, les habitants du nord ont aussi souffert de la même situation ce matin. « Des changements ont été apportés à la Gare du Sud mais nous avons aussi subi un embouteillage monstre dans le nord ce matin. Je suis arrivée à mon lieu de travail à 8h30 alors qu’habituellement je suis déjà au bureau vers 8h. Je ne comprends pas comment les changements ont pu affecter les routes du nord également », dit une habitante du nord.

Outre les bouchons, les membres du public semblent toujours confus au sujet des nouvelles opérations des compagnies d’autobus. Une passagère de la ligne 197 (Rivière des Galets – Port-Louis) ne comprenait pas pourquoi le chauffeur a débarqué ses passagers à rue Deschartes ce matin. « Pourquoi devons-nous descendre ici ? Le bus ne va pas à la gare ? », a demandé la dame au receveur. Ce dernier lui a alors expliqué qu’elle devra désormais prendre le bus à rue Deschartes.

Plus loin, nous croisons une jeune fille, qui avait l’air confuse, sortant des locaux des Casernes centrales. Elle marchait en direction du bâtiment d’Air Mauritius. Ne sachant plus quoi faire, elle s’arrête et demande à un passant où elle doit aller prendre le bus. La jeune fille, qui doit désormais se rendre sur la troisième voie de l’autoroute M1, n’avait aucune idée des changements apportés aux opérations des autobus à la Gare Victoria. Comme elle, il y a beaucoup d’autres qui seront confus cette semaine, surtout ceux qui ne viennent pas souvent à Port-Louis.