Manifestation des syndicats le 1er mai
  • Ashok Subron : « Zour nou resi repran nou fet, travayer pou vinn for »
  • La CTSP évoque l’urgence de régler les conditions de travail des éboueurs

Marche pacifique, prestations musicales et causeries étaient au rendez-vous ce 1er mai à Rose-Hill pour célébrer la fête du travail.

Rezistans ek Alternativ ainsi que plusieurs autres organisations syndicales ont opté pour une marche pacifique de Saint-Jean à la rivière d’Ébène avec, pour thème, “Drwa travay, lanatir, nou lavi”.

De son côté, le Kolektif 1er-Mai s’est réuni au Plaza pour dévoiler une stèle en rendant hommage aux hommes ayant autrefois lutté pour les travailleurs.

Le mouvement syndical fait appel à l’unité des travailleurs et, une fois de plus, s’attarde sur l’importance de lutter « dans un même élan » pour les conditions de travail et faire respecter les droits des travailleurs.

Le coup d’envoi a été donné au cimetière de Saint-Jean avec un dépôt de gerbes sur les tombes d’Emmanuel Anquetil et de Guy Rozemont.

La General Workers Federation (GWF), la GSEA, le CARES, le JNP ainsi que 30 autres associations syndicales ont rejoint cette marche, laquelle s’est achevée au jardin d’Ébène par un programme musical et un déjeuner.

Brandissant des pancartes et scandant des slogans, comme « Sel solisyon, se revolisyon », ou encore « Dominer, nou pale », les syndicats ont dénoncé les problèmes qui continuent à affecter les travailleurs.

Ashok Subron a rappelé le combat des syndicalistes avant d’exhorter ceux présents à lutter pour leurs droits. « Zour nou resi repran nou fet, travayer pou vinn for », dit-il. « Patron bizin aret fer mari. Nou pe avoy enn premye signal for. Travayer bizin repran pouvwar dan so lame. Nou bann travayer nou mizer, me nou leker gran ! » poursuit-il.

De son côté́, Clency Bibi, de la GWF et président de la CEB Staff Association, a dénoncé le « manque de négociation » avec la direction depuis deux ans. Il s’est appesanti sur le fait que le 1er mai 2019 sera « non seulement une occasion pour défendre les droits des travailleurs, mais aussi pour assurer la défense des droits aux loisirs » des travailleurs.

« Nou revendik nou drwa a negosyasyon. Se enn deadlock depi dezan. Nou pou refer leka o CCM ou ERT », dit-il.

Les syndicalistes présents ont aussi rappelé les droits des travailleurs du secteur sucrier, insistant sur le VRS. « En 2019, ena ankor enn form esclavaz, travayer pe touzour bizin lite. Travayer kinn vote. Si nou pa ini, nou pou afaibli », disent-ils.

La Confédération des travailleurs du secteur privé  (CTSP), menée par Jane Raggoo et Reeaz Chuttoo, s’est pour sa part réunie pour une marche en partance du marché de Rose-Hill avant de converger vers le Plaza.

Reeaz Chuttoo, rappelant pour l’occasion la lutte pour les femmes Cleaners ainsi que les employés des compagnies de sécurité, a souligné l’importance de régulariser la situation des éboueurs. « Se enn lalwa ki pe dormi dan plakar. Ki gouvernman pe atan ? » lance-t-il.

Par ailleurs, le Kolektif 1er-Mai, qui regroupe plusieurs autres syndicats, a tenu un rassemblement au Plaza, à Rose-Hill. Au programme : prestations musicales et causeries animées par Jack Bizlall, l’historien Jocelyn Chan Low et l’avocat Dev Ramano.

Les deux premiers se sont attardés sur l’histoire du combat des travailleurs à Maurice et celle du 1er mai tandis que Dev Ramano, lui, a parlé des lois du travail.

À cette occasion, une stèle en mémoire des « hommes qui ont lutté dans le passé », notamment Emmanuel Anquetil, a été dévoilée. À noter d’ailleurs que la petite-fille de ce dernier, Merril Anquetil, était l’invitée d’honneur de ce 1er mai au Plaza.

« Rose-Hill is very important to the Anquetil family. I am very pleased and honoured », a-t-elle déclaré.

Les membres du syndicat du CEB ont participé au financement de cette stèle à hauteur de Rs 500 000. Ce qui reste des fonds récoltés sera investi dans une Web Radio dédiée aux syndicats.

La stèle comporte les noms d’Emmanuel Anquetil, Adolphe De Plevitz, Anjalay Coopen, Kistnen Samy Moonisamy, Moonsamy Moonien, Manilall Doctor, Willy Mootoo, Maurice Curé, Daji Ramiah, Harryparsad Ramnarain, Guy Rozemont, Cyril Canabadee, Bam Cutayen, Siven Chinien, Aurelie Perinne, Rajen Pillai et Vishnu Jugadharry. A noter que Alan Ganoo et Steven Obeegadoo ont marqué leur présence dans les rassemblements syndicaux.