GÉRARD BAUNGALÉA

Les élections générales terminées et nous voilà activement préoccupés par les fêtes de fin d’année. En effet, les firmes privées annoncent déjà la couleur avec les fêtes, déjeuners ou dîners annuels, alors que les vitrines des magasins et les alentours des centres commerciaux se parent de jolies décorations de Noël. Même la nature se met de la partie. L’été est là, il fait beau, chaud, un soleil radieux, les flamboyants commencent à se draper de leurs manteaux rouges, les belles fleurs de saison refont leur apparition et les letchis, mangues, ananas et melons d’eau s’empilent sur les étals des marchés et dans plusieurs coins de rue, à répandre leurs parfums.

GÉRARD BAUNGALÉA

Chez nous, alors que certains ont déjà commencé le grand nettoyage, d’autres sont encore à penser aux couleurs auxquelles seront repeintes leurs maisons : on pense à changer les rideaux, changer de décor, de carreaux céramiques, etc. Bien sûr, il y a aussi les nouveaux habits, chaussures ou autres accessoires, nouvelle coiffure, et surtout ne pas oublier les jouets pour les enfants et autres cadeaux à échanger entre proches et collègues.

Les parents pensent aussi à mettre de côté l’argent nécessaire pour l’achat de fournitures scolaires et uniformes, etc. Et pour ne pas déroger aux traditions, ce sera la course aux achats des équipements pour la maison, électroménagers, appareils stéréo, home cinéma, machines à laver, réfrigérateurs, portables, Play Station et j’en passe. Et c’est là que l’on doit faire très, très attention. Les différentes pubs tournent en boucle à la télé, à la radio, sur les réseaux sociaux, sur les panneaux publicitaires, dans les journaux, les magazines ainsi que des brochures et qui nous tentent avec les fameux ‘zéro dépôt’ et la première mensualité payable dans 3 ou 6 mois suivant l’achat. La tentation est très forte. Saurions-nous y résister ?

Avec le boni de fin d’année et l’augmentation des pensions, on va se dire : « Allons faire des choses, un peu spécial pour cette fin d’année ». La boisson coulera à flot, les repas de fête plus copieux et donc gare à la gueule de bois du lendemain, à l’indigestion, le gaspillage avec des aliments qui seront envoyés à la poubelle, aux excès de vitesse ou aux accidents liés à l’abus de l’alcool qui mène trop souvent à la perte d’un être cher. Gare aux bagarres dans les familles ou avec le voisinage à cause d’un excès d’alcool, à cause du bruit de la musique et des pétards, à cause de la fumée du barbecue, ou en raison d’autres choses banales.

Et les pauvres, aurions-nous une pensée pour eux en faisant autant de dépenses ? Saurons-nous être vraiment généreux envers eux ou bien devront-ils se contenter de recevoir nos débarras de vieux vêtements, bien souvent moisis, sales, et inutilisables, jouets cassés, etc. comme tel est souvent le cas. Les ONG, les associations des consommateurs et autres instances tirent tous les ans sur la sonnette d’alarme concernant nos dépenses de fin d’année et, pour une fois, sachons bien l’entendre afin qu’on ne tombe pas, comme chaque début d’année, dans le piège du syndrome de la mi-janvier. A bon entendeur salut. . .