Initialement prévue pour demain, la grande régate qui devait marquer la fin du Festival international créole a été reportée au dimanche 11 janvier, dans la baie de Mahébourg, et ce pour cause de mauvais temps. Cependant, selon le comité organisateur, le programme établi pour faire de cette journée populaire un succès est maintenu.
Ainsi, dans la matinée, le public aura l’occasion de voir les enfants âgés de 8 à 15 ans à l’oeuvre sur leur bateau, des optimistes ou des lasers, en fonction de leur âge. Selon Marcel Lindsay Noë, chargé de la communication autour de cette journée, les enfants seront répartis en trois catégories : minimes, juniors et lasers. Le départ pour cette première régate est prévu à 10 heures. À 11 heures, indique-t-il, ce sera au tour des pêcheurs à prendre la mer et, une heure plus tard, d’autres régatiers professionnels seront de la course. Au total, une quarantaine de pirogues participeront à cette activité.
Parallèlement, des animations auront lieu à différentes heures de la journée. De midi à 14 heures est ainsi prévu un « bal retro dan bor dilo » avec la participation de musiciens locaux. La remise des prix aux gagnants des différentes compétitions, elle, est prévue pour 15 heures. À 16 heures, ce sera au tour des artistes de l’endroit de proposer un spectacle d’une durée d’une heure. De 17 h à 19 h, Mauriciens et touristes auront l’occasion de vibrer au son du sega typik avec la participation de Michel Legris, Marclaine Antoine, Fanfan, Zenfan Lembrasir, Mimose Ravaton, le Groupe Agalega et le Groupe Chagos, entre autres. Contrairement à la musique moderne, le sega typik se caractérise par sa mélodie. « Le sega typik a une seule mélodie que nous considérons comme un refrain. Du début la fin, nous avons cette même mélodie et nous terminons par ce que nous appellons, dans notre jargon, un “chula” : “chilae chilao chilae chilao” », devait expliquer le ségatier Marclaine Antoine dans une interview accordée au Mauricien récemment. C’était à l’occasion de la reconnaissance officielle du « Sega Typik » en tant que patrimoine intangible de l’humanité par l’Unesco. Un statut qui lui permet certes d’évoluer mais dans la mesure où son essence est maintenue, devait pour sa part affirmer au Mauricien le consultant de l’Unesco ayant travaillé sur ce dossier Georges Abungo. « Il est important qu’il continue à être pratiqué sur la plage, dans les cours, en petite communauté, comme c’est le cas jusqu’aujourd’hui. Et qu’il ne le soit pas pratiqué dans le seul but d’être commercialisé », devait-il ajouter. Le public aura l’occasion d’entendre et de prendre conscience des sonorités des instruments utilisés dans le sega typik de même que de voir des habits traditionnels créoles. Selon la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), « cet événement valorisera l’unicité et l’authenticité du séga mauricien en nous faisant vivre la nostalgie d’autrefois ».  
Par ailleurs, pendant toute la journée, le public pourra se ravitailler en dégustant des plats typiquement créoles, dont certains sont devenus rares. Ces produits seront mis en vente sur place. Une foire artisanale de produits locaux est également prévue.