•  Nomination Day mardi et joute électorale les 29 et 30 octobre avec la confrontation entre United Students et Student Force

La fièvre de la campagne électorale a aussi gagné le campus de l’Université de Maurice. Le mandat de la Student Force arrive à sa fin et la course est lancée pour faire élire les membres de l’Union des étudiants pour la prochaine année. Le Nomination Day tenu mardi a été l’occasion pour deux équipes, à savoir United Students et Student Force, d’aligner leurs candidats pour cette joute électorale qui se tiendra les 29 et 30 octobre. Quelques candidats indépendants sont aussi dans la course.

Les noms des candidats pour cette élection ont été dévoilés hier. D’ailleurs, les candidats sont très actifs sur les réseaux sociaux pour leur campagne. Selon Keshav Poorahoo, General Campaign Manager de Student Force, tous les candidats sont motivés pour l’élection. « Nous avons déjà notre bilan et notre vision stratégique. En tant que leader du parti, nous travaillons d’arrache-pied, car nous avons déjà prévu plusieurs activités durant notre campagne », dit-il. Selon lui, le bilan du parti est « extraordinaire », car tout ce qui a été promis aux étudiants a été réalisé. « Nous avons aussi réalisé des projets qui n’étaient pas dans notre agenda », révèle cet étudiant en troisième année. À ce sujet, il avance que le projet de la rénovation du Lecture Theatre 1 et 2 est « under progress ».

Commentant la tranquillité de l’Union des étudiants par rapport à l’année dernière, il avance que l’administration a été « accablée » à travers les différentes réunions entre les deux partis. « Nous avons fait l’objet de refus sur plusieurs choses par l’administration mais nous avons été écoutés et nos demandes agréées », dit-il, ajoutant que ces discussions ont donné lieu à une “win-win situation” et que les conflits qui ont eu lieu durant le mandat de Student Force n’ont pas abouti à une grève.

Pour cette élection, certains candidats sont aussi des étudiants en deuxième année. S’il est confiant d’une victoire de 12-0 pour le Student Force, Keshav Poorahoo n’a aucun doute sur la force de ses adversaires. Les candidats pour le poste d’Office Bearers sont Suleimaan Mahomed, Natasha Goondur, Daveen Persand et Ourvashi Bisram. Les candidats qui représenteront les facultés sont Adarsh Seenundun, Yadash Parvesh Boolaky, Latish Lagneshwarsing Tajoo, Avayeshkar Roopun et Hashil Ramnial. Quant à Yudhaveer Ramdoyal, président sortant, il est candidat au Council.

United Students refait son
apparition après dix ans

Un groupe d’étudiants a fait revivre le parti United Students qui était mis aux oubliettes depuis dix ans. Mervyn Courtaud, étudiant en troisième année et également Peer Educator à l’association bien-être de Mahébourg, est candidat pour ce parti. « United Students était présent sur le campus il y a dix ans. C’est maintenant que nous avons repris le nom pour les élections », explique l’étudiant dont le parti aura comme principal adversaire Student Force. La raison d’avoir repris le nom, selon lui, se rapporte à l’idéologie du parti.
« Nous croyons qu’il faut travailler en collaboration avec l’administration de l’université. Pendant plusieurs années, surtout les années récentes, ceux qui ont été dans l’Union des étudiants ont fait trop de manifestations alors que leurs membres auraient pu employer la diplomatie et s’asseoir pour discuter et trouver des solutions », estime ce jeune. Il déplore que cette voie n’ait pas été privilégiée par ces membres mais qu’ils aient préféré des manifestations. Mervyn Courtaud soutient que son parti est « différent » de son adversaire. Si son parti veut prôner le dialogue, il n’écarte pas que les membres sont prêts « pou met dife ».

Mais par cette expression, Mervyn Courtaud ne veut pas que l’administration le prenne au sens littéral. « Nous croyons dans l’empowerment de chaque personne sur le campus, car ce n’est pas que l’Union des étudiants qui peut faire la différence sur un conseil. Chaque groupe d’élèves a une plateforme où on peut s’exprimer ou démontrer ce qu’on peut faire », dit-il et ajoute que l’Union des étudiants n’a que le rôle de facilitateur entre les étudiants et l’administration.

Parlant du programme de son parti, il revient sur le Student Welfare Fund, où chaque étudiant est appelé à contribuer Rs 350 mais depuis que l’éducation tertiaire est gratuite, il avance qu’il n’y a pas un “break-down” sur cette somme. Selon lui, il est important de relever ce point, car « dans le passé, nous avons entendu que des membres de l’Union des étudiants auraient volé de l’argent ». Mervyn Courtaud dit vouloir agir différemment en assurant « la transparence » dans les finances. « C’est l’un des points les plus importants de notre campagne. Nous voulons montrer aux étudiants comment fonctionne l’Union des étudiants », dit-il.

La tendance actuelle sur le campus, selon lui, est que les membres de l’Union des étudiants travaillent uniquement lorsque les élections sont proches. Pour se différencier de l’équipe en place, il souligne que plusieurs activités ont été organisées depuis un an. « Nous avons déjà un bilan avant que nous nous présentions comme candidat », précise-t-il.

L’engagement environnemental du parti

Avant que le parti ne s’inscrive pour les élections, plusieurs projets environnementaux ont été mis en place. L’une des premières activités mises en place est l’investissement du parti dans l’achat du papier recyclé pour ses dépliants. « C’est une nouveauté sur le campus », précise le jeune homme. Les banderoles et drapeaux qui seront utilisés, dit-il, n’ont pas été achetés mais conçus à la main chez lui. « Nous utilisons que des choses recyclées et nous faisons tout à la main », fait ressortir ce candidat. De plus, l’un des candidats de United Students, Hantish Mattabadul, avait récemment participé à un événement sur le changement climatique aux Nations unies, où il avait représenté Maurice.

Pour Mervyn Courtaud, les projets de son parti n’ont pas été réalisés facilement. « Nous avons mis en place le projet Eco Campus mais nous avons eu beaucoup de soucis avec l’équipe Student Force qui a boycotté nos projets mais nous avons continué de nous battre et nous sommes partis directement vers l’administration », avance notre interlocuteur qui précise que chaque projet doit passer par l’Union des étudiants pour donner son aval. Mais pour lui, si l’étudiant s’affiche avec un parti politique sur le campus, il n’aura pas de chance pour son projet. « C’est injuste », dit-il.

Pour montrer que son parti est différent, il veut que tous les étudiants aient les chances égales. Mervyn Courtaud critique l’attitude des membres de la Student Force qui, dit-il a « dressé un tableau sombre de l’université » alors qu’ils avaient l’occasion de redonner à l’université son identité. En termes de gestion des projets, il note que les activités se déroulent suivant un modèle qui existe depuis toujours. « Il est temps que nous sortions des sentiers battus et qu’on arrête de nous limiter », dit-il et veut que les étudiants ne se cantonnent pas uniquement au campus mais s’intéressent aussi à ce qui se passe dans le pays. « Notre campagne va dans ce sens », fait-il ressortir.

Mervyn Courtaud reste confiant de la victoire du parti mais le succès réel pour lui, sera de pouvoir amener l’UoM à un autre palier. Mervyn Courtaud, qui a également un point de vue sur les élections générales, est « fier » qu’un des anciens présidents de l’Union des étudiants soit candidat. « Je suis ses pas et il a été un modèle pour les étudiants », dit-il, souhaitant que les jeunes qui font partie de l’Union des étudiants puissent, un jour, se joindre à la politique. Mais pour lui, l’équipe actuelle « ne fait pas son travail ».
Mervyn Courtaud ne cache pas ses craintes durant la campagne. Il déplore que celle-ci soit « dénigrante » où des messages sont passés pour ne pas voter un candidat de telle ou telle communauté.

« Des allégations sont formulées et des menaces proférées », fait-il ressortir et ajoute que c’est « l’image réelle » de la campagne alors que les candidats auraient dû se démarquer de ceux de la politique nationale pour montrer en quoi ils sont différents.

Les candidats de United Students sont Mervyn Courtaud, Hantish Mattabadul, Payal Ghooro, Akash Tharveshsingh Towakel, Roshan Teeluck, Ahmad Mehdi Bundhoo, Rajeshen Pillay Sawmy, Ismael Jaumeer, Avishek Seebaluck, Beedeshearsingh Punchum, Bheshna Daiboo et Shehzaad Doobory et Roshan Teeluck. Le jour du Nomination Day terminé mardi, une semaine est accordée aux candidats inscrits dans l’éventualité d’un désistement. La liste finale sera livrée après la semaine en question terminée. Le décompte des voix se fera le 31 octobre.