L’une des boîtes de nuit les plus fréquentées sur la côte ouest, Shotz, a fait l’objet d’une descente policière samedi alors qu’une soirée battait son plein. Faute de permis d’opération pour ce genre d’activités nocturnes, la direction de l’établissement a été sommée de tout interrompre et de fermer ses portes jusqu’à nouvel ordre.
Les sources approchées indiquent que c’est suite aux indications recueillies et une « warrant » obtenue de la Cour que les éléments du poste de police de Flic-en-Flac, sous la supervision de l’inspecteur Boolaky, devaient débarquer dans ce club aux alentours de 1h du matin dans la nuit de samedi à dimanche. Outre le fait d’avoir été obligée de mettre un terme à cette soirée prématurément, la direction de Shotz a été épinglée pour « trading without license ». Ainsi les portes de la boîte de nuit devraient rester fermer jusqu’à ce qu’elle n’obtienne le permis approprié à cet effet.
Dans la conjoncture, la police a lancé une sévère mise en garde contre Shotz à l’effet que si d’autres activités de ce genre se déroulent dans les prochains jours, elle procédera à la saisie des équipements sonores. Une autre boîte de nuit se trouvant dans cette station balnéaire, située pratiquement en face du poste de police, a été placée sous haute surveillance par les autorités. Une opération montée le week-end dernier n’a cependant pas débouché sur des résultats probants. D’autre part depuis ce week-end, d’autres opérations policières ont été menées : une boutique prise en contravention pour vente d’alcool et un campement épinglé pour pollution sonore.
Par ailleurs, même si les habitants de la station balnéaire accueillent favorablement ces descentes policières ces derniers temps, ils poursuivent la série de dénonciations concernant le « big-business » des locations de bungalows. En ce début de semaine, dans une correspondance adressée au commissaire de police, Dhun Iswar Rampersad, des habitants réclament des actions plus sévères contre une villa à Morcellement De Chazal tout en indiquant qu’une soirée illégale y est prévue ce samedi. « Everybody is aware that the owner has no relevant permit from any authority to convert his villa into a wedding hall and yet police officers are present for duty on these occasions. I am drawing your attention today also that wedding tents are being erected for a wedding ceremony for this Saturday 28th September 2013 », explique-t-on dans la lettre.
Ces habitants estiment également que « the police must take severe legal actions once for all to stop these businesses as bookings for the wedding ceremony at the Villa have been made well before in advance and those persons who have rented the Villa are not aware of these problems and on humanitarian grounds, as wedding is only once in a lifetime, Police are just giving warnings so as not to destroy the joyful atmosphere of the wedding and we also understand this. But we are residents of this locality and on humanitarian grounds also Police should take severe actions so that we can live peacefully. Since the owner has not got any contravention from authorities, he considers his business to be legal and this is becoming a regular activity every week-end ».