C’est une nouvelle fois l’inquiétude au sein de la natation mauricienne. Alors que sur le plan sportif, les nouvelles sont plus ou moins bonnes après la bonne série des nageurs mauriciens, principalement ceux qui sont dans l’encadrement du Trust Fund For Excellence In Sports (TFES), lors du Meeting International de l’Océan Indien à La Réunion, par contre sur le plan administratif, rien ne bouge. L’inquiétude des clubs a gagné également le Comité Olympique Mauricien qui parle d’une coupure de communication totale de la part du comité illégal de la Fédération mauricienne de Natation (FMN).
Que fait Doreen Tiborcz et quelles sont ses intentions par rapport à la demande en date du 10 septembre 2012  de la Fédération Internationale de Natation (FINA) pour organiser de nouvelles élections «not later than 28th February 2013»? Personne ne sait pour l’heure ce qui se passe, certainement pas les clubs qui ont commencé à s’interroger à nouveau sur les vraies intentions de l’ex-présidente de la FMN. La question qui revient sur toutes les lèvres est la suivante: est-ce que les élections de niveau national seront organisées au plus tard le 28 février? Pour l’heure, il n’existe aucune démarche, ni une quelconque action qui va dans cette direction.
Portant lors du procès que 9 clubs avaient engagés contre la FMN et qui s’est soldé à la mi- décembre par un accord entre les deux parties, les avocats de ce comité illégal avaient — sans indiquer de date —pris l’engagement que les élections régionales seront organisées au début de janvier 2013. Or presque six jours se sont déjà écoulés dans ce premier mois de 2013 et  aucune indication quant à la volonté de la présidente du comité illégal de la FMN de mettre fin à cette situation.
«Les avocats de la présidente ont en effet pris des engagements formels à l’effet que dès le début de janvier les procédures pour l’organisation des nouvelles élections tant sur le plan régional que national. Les avocats de la FMN avaient aussi précisé que la FINA et la CANA délègueront un représentant à Maurice pour superviser cette organisation. Or, nous constatons que rien n’est fait pour l’heure et que depuis août dernier les clubs n’ont aucune communication avec la fédération», a expliqué à Week-End un dirigeant de club.
L’amertume commence à gagner les rangs des clubs, alors qu’au niveau du COM, on a laissé entendre que le silence radio est bel est bien installé entre ces deux instances. «La dernière lettre que nous avons eue de la FINA date de septembre 2012, alors qu’avec la direction de la FMN depuis les Jeux Olympiques rien concernant la situation de cette fédération n’est passé par le comité olympique. Nous ne savons strictement rien sur l’organisation des élections au sein de cette fédération», a concédé pour sa part le secrétaire général du COM à Week-End.
«Si pas tan nanien ca veut dire qui pé prépare en coup», lâche pour sa part un autre dirigeant de club qui a subi durant ces cinq dernières années les «coups de madame là». Reste que l’amertume des clubs s’est amplifiée avec la participation mauricienne au Meeting International de l’Océan Indien durant la dernière semaine de décembre à La Réunion. Seul le Club Natation du Pavillion, une création de Doreen Tiborcz, a été autorisé à représenter Maurice dans cette compétition. Les nageurs des autres clubs on eu à débourser chacun 30 euros (approix Rs 1200) pour acheter une licence avec un club à La Réunion. Au risque de se voir pénaliser d’une participation comme ce fut le cas pour les jeunes lors du Championnats de la Réunion.
Si ce n’est pas de la discrimination, voire de la dictature, cela y ressemble étrangement.