Intervenant hier à la Fooks House, Port-Louis, lors de l’ouverture d’une formation sur la sauvegarde des actes de procédures (« registry procedures »), le ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives a plaidé pour la formation continue des greffiers (« registry staffs »). Sutyadeo Moutia a aussi longuement élaboré sur le rôle crucial des greffiers de la nouvelle génération dans une administration moderne.
« Dans des greffes (« Registries ») traditionnels, l’accès aux données est plutôt lent et souvent, faire la connexion entre les données relatives à quelque chose pour de multiples et différentes utilisations peut s’avérer difficile… Toutefois, dans un greffe informatisé, où les données sont gérées convenablement, on peut faire beaucoup de choses très facilement. Mais cela n’est possible que si ces données sont organisées, gérées et préservées comme il le faut. Et c’est là que les greffiers de la nouvelle génération ont un rôle crucial à jouer », a expliqué Sutyadeo Moutia, ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives, en présence du Senior Chief Executive du ministère, du Permanent Secretary du même ministère Ashish Hoolass, du Security Advisor au Bureau du Premier ministre M. Mukharji, de personnes ressources pour cet atelier et d’une trentaine de greffiers.
Le ministre a affirmé que, dans ce contexte, cette formation et les ateliers de formation subséquents vont aider les greffiers à mettre à jour leur connaissance afin qu’ils puissent relever les défis des avancées de la nouvelle technologie. « Vous êtes notre capital humain. Ce sont les humains qui donnent aux organisations leur avantage comparatif. Toutes les autres ressources, notamment financières et technologiques, seraient vaines s’il n’y avait pas des personnes adéquatement formées pour les gérer efficacement », a-t-il ajouté.
Sutyadeo Moutia a, par conséquent, exhorté les stagiaires à transmettre les connaissances nouvellement acquises à leurs collègues sur leur lieu de travail. Dans le même ordre d’idée, le ministre a précisé que les greffes joue un rôle vital dans la gestion des données d’un ministère. « Les greffes sont les répertoires d’information et de connaissances. Ils contiennent des bases de données et ces importantes volumes de données doivent être gérées très soigneusement afin d’éviter le chaos. En tant qu’administrateurs de ces greffes, vous devez savoir que les formats et médias de ces données subissent de profonds changements à travers l’influence grandissante des technologies modernes », a-t-il expliqué.
« En fait, la technologie a poussé les organisations à revoir leur définition des registres qui jusqu’ici étaient des lettres, des minutes, des mémos et des rapports. Ces formats de registres traditionnels sont toujours là, mais il y a désormais d’autres formes de registres, notamment des bases de données, ses tableurs, des e-mails et des fax », a poursuivi le ministre.
Sutyadeo Moutia a situé cette formation des greffiers dans le contexte de la réforme de la fonction publique.