@Photo MFA

L’ICAC invitée à enquêter sur le dépôt et retrait de fortes sommes d’argent pour la période novembre-décembre 2018

La formation de la Super League, Cercle de Joachim, est loin d’être sortie de la tempête, serait-on tenté de le signaler. Après la démission de six de ses membres à la fin du mois d’octobre dernier, la formation curepipienne se retrouve cette fois au centre d’une polémique touchant aux transactions financières. Selon nos informations, l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) aurait même été sollicité pour une enquête, après avoir été informée de certains détails assez troublants, à travers une lettre anonyme.

Décidément, le club que représente Samir Sobha, en tant que président de la Mauritius Football Association (MFA), devra s’attendre à des jours très difficiles après les dénonciations d’un ancien dirigeant, se présentant comme un membre fondateur de Cercle de Joachim. Ce club, rappelons-le, était passé sous une nouvelle administration, avec le Français Rémy Mabillon comme président, avant de se retrouver avec deux membres seulement à la fin d’octobre, dont Samir Sobha, suite à la démission de Mabillon et certains de ses proches collaborateurs.

À bien comprendre, c’est le manque d’information autour de la passation de pouvoir entre l’ancienne direction, alors menée par Samir Sobha, et l’actuelle qui a tout déclenché. Le contestataire voulant surtout savoir dans quelles conditions s’est déroulée ce transfert et s’il y a eu des sommes d’argent en jeu.

Transactions financières conséquentes

Selon des documents qu’il déclare disposer, le dénonciateur explique à l’ICAC être mécontent après avoir pris connaissance de certains chiffres figurant dans le relevé bancaire pour la période novembre-décembre 2018. Des transactions qu’il dit ne pas être au courant et qui l’interpelle. À commencer par un dépôt d’une valeur de Rs 1.2M, début novembre 2018, suivi d’un premier retrait de Rs 490 000, deux jours plus tard, au nom d’un dirigeant influent. Le jour suivant, c’est un chèque de Rs 350 000 qui est cette fois «debited» du compte du club, selon le relevé bancaire.

Un autre versement intéresse cet ancien membre du club, soit les Rs 2M créditées le 29 novembre 2018. Il demande à l’ICAC d’enquêter sur la série de transactions qui ont suivi avec l’émission des chèques, au nom de certains membres de l’époque et d’un non-membre également, qui se trouverait être, selon le dénonciateur, un employé de la MFA. Il se pose aussi des questions sur les quatre chèques émis au cours d’une seule journée et dont la totalité avoisine les Rs 390 000. L’ICAC, selon le «dénonciateur» toujours, aura à enquêter sur les raisons pour lesquelles autant d’argent a été retiré au nom de certains membres et surtout comprendre à quoi ils ont servi.

L’ICAC est aussi appelée à enquêter sur le fait que le salaire des joueurs ne figure pas sur ce relevé bancaire et si cette pratique est considérée comme étant normale. Il demande aussi à la commission anti-corruption de vérifier si le club de la ville lumière possède un autre compte en banque. Par ailleurs, nous apprenons qu’une copie de cette lettre, adressée à l’ICAC, aurait été envoyée à la MFA, à la Mauritius Revenue Authority, au Registrar Of Associations et au ministère de la Jeunesse, entre autres. Week-End a eu la confirmation d’une source proche au MJS qu’une copie de cette lettre a bien été reçue.