Ils étaient nombreux a avoir fait le déplacement, dimanche dernier sur Curepipe, pour venir encourager la sélection nationale face au Zimbabwe dans le cadre des éliminatoires des Championnats d’Afrique des Nations, au New George V Stadium. Déçus par la pale et pauvre performance des locaux – battus 0-3 – les spectateurs l’ont été encore plus, voire révoltés, par les conditions dans lesquelles ils ont été appelés à assister à ce match à partir des gradins.
Le mauvais temps ayant joué le trouble-fête, dimanche dernier, c’est donc sous la pluie que les spectateurs se sont rendus au New George V Stadium. Malheureusement pour eux, malgré les gradins couverts, ils ont dû faire avec les ondées. Il n’empêche que les pauvres spectateurs étaient loin de leurs surprises. Ayant fait les frais de transport, aussi bien que les Rs 50 requis pour avoir accès aux gradins, ils ont dû aussi faire avec les crottes de pigeons sur les sièges ! Autant dire que bon nombre de personnes, venues en famille, étaient découragées avant même le coup d’envoi de ce match.
Un spectateur qui se trouvait dans les troisièmes en compagnie de sa famille et proches, venues de l’étranger n’a pas caché sa déception. « C’est une honte pour nous Mauriciens que d’emmener nos amis étrangers voir un match dans ces conditions. C’est un manque total de respect envers les spectateurs qui, je le rappelle, n’ont pas accès gratuitement au stade. C’est décourageant », a affirmé ce spectateur. La question que l’on se pose en ce qui concerne ces fameuses crottes de pigeons « fraîchement » déposées – il nous revient que les sièges avaient été nettoyés avant le match ! – est de savoir si l’appareil sonore installé à différents endroits fonctionne comme il faut. A croire les informations dont nous disposons, tel ne serait visiblement pas le cas.
Autre bémol auquel les spectateurs des troisièmes auraient eu à faire face demeure les toilettes qui étaient fermées. Selon ce père de famille, accompagné de sa fille et d’une nièce, il aurait été quasiment impossible d’aller au petit coin dans cette partie du stade pour se soulager. « J’ai accompagné ma fille et ma nièce aux toilettes, mais ces dernières étaient fermées. Le pire est que les hommes étaient en train de se soulager contre le mur ! J’ai été très embarrassé par cette situation », a fait remarquer ce père de famille. Ce dernier se demande ainsi pourquoi les toilettes, un coin essentiel et important dans n’importe quelle infrastructure, étaient fermées au public.
A la fin de cette rencontre, les spectateurs des troisièmes toujours ont eu la désagréable surprise de se voir quelque peu bousculés à la sortie. La raison  est qu’une des deux portes de sortie était fermée. « Qui était responsable de la sortie du public au stade? Logiquement, les deux portes auraient dû être ouvertes pour faciliter la sortie des spectateurs. Malheureusement, tel n’a pas été le cas et ce sont des spectateurs qui se sont aidés afin de pouvoir déverrouiller le haut de la porte. Fallait-il qu’il y ait des incidents graves à la sortie pour que ceux responsables assument enfin leurs responsabilités comme il se doit, »se demande-t-on.
Kris Appadoo s’explique
Interrogé sur les problèmes évoqués par les spectateurs, le président du MSC, Kris Appadoo, a déclaré que son organisme a tout fait pour que ce match se joue dans de bonnes conditions tant sur le terrain que dans les gradins. « A notre niveau, je peux assurer que les toilettes étaient toutes ouvertes au stade le jour du match. Quant aux sièges sur lesquels il y avait des crottes de pigeons, je dois dire qu’ils avaient été tous lavés le matin du match. Je peux vous dire que j’ai discuté du problème avec mes collègues et qu’on ne sait plus quelle solution adoptée », a-t-il déclaré.
Selon Kris Appadoo, il y a effectivement des appareils sonores dans le stade visant à faire fuir les pigeons. Malheureusement, a-t-il indiqué, ces appareils ne semblent pas avoir l’effet escompté. « Les pigeons semblent s’être habitués à cet appareil. C’est la raison pour laquelle on ne sait pas quelle solution adoptée », a-t-il avancé. Le président du MSC a fait remarquer que le jour du match, le stade est confié à la Mauritius Football Association. « En tant que président du MSC d’ailleurs, je reçois une invitation pour avoir accès au stade. C’est pareil pour le ministre de la Jeunesse et des Sports. C’est donc la fédération qui prend tout en charge, notamment en ce qui concerne le contrôle des portes et tout ce qui est organisation autour du match. A la fin du match, le MSC reprend tout ce qui est maintenance et gestion. J’ajouterai que cette même formule est appliquée lorsque la piscine est utilisée pour une compétition », a expliqué Kris Appadoo.