Comme attendu, l’Afrique du Sud s’est qualifié pour le prochain tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) de football après avoir battu le Club M à deux reprises (3-0 à l’aller et 2-0 dimanche dernier au stade Anjalay). Mais au-délà des deux revers, c’est surtout le contenu qui fait peur. La bande à Alain Happe n’a RIEN proposé d’intéressant au bout de ces 90 minutes. Il y a de quoi s’inquiéter en vue des Jeux des Îles de l’Océan Indien (1er-9 août) qui approchent à grand pas.
Nous savions  que ce serait difficile pour le Club M de combler le déficit de trois buts encaissés à l’aller au Dobsonville Stadium. Le but était surtout de sortir de la compétition la tête haute en faisant un bon match pour donner ne serait-ce qu’une lueur d’espoir au peuple mauricien notamment en vue des JIOI. Alain Happe et ses protégés avaient le devoir de nous montrer un jeu d’ensemble basé notamment sur une bonne cohésion et une certaine solidité dans les compartiments du jeu. Nous ne nous attendions pas à un jeu flamboyant mais, avec la nouvelle ère de la professionalisation, nous étions en droit d’espérer quelque chose de bien. Car, hormis le gardien de but Kevin Jean-Louis (auteur notamment de nombreux sauvetages), tous les autres joueurs ont livré une bien pâle copie.
Car en face, les Bafana Bafana étaient largement prenables et était loin d’être rayonnants dans le jeu. Fabien Pithia, bien mal inspiré dimanche dernier, s’est retrouvé idéalement placé dès le premier quart d’heure mais le missile qu’il avait projeté allait se loger tout droit au fond des tribunes. Le jeune Kevin Perticots (côté gauche) a eu le mérite de tenter des choses, mais ses dribbles étaient trop souvent téléphonés pour inquiéter la défense adverse et il a manqué de beaucoup de lucidité et d’application dans la réception ainsi que dans la transmission du ballon. À sa décharge, c’est un jeune qui possède des qualités indéniables et qui peut encore progresser. Stéphane Pierre, positionné dans un rôle de milieu très offensif, a été trop discret. Selmour et Edouard, placé en tant que sentinelles devant la défense étaient beaucoup trop tendres.
Et que dire de la prestation d’Arnaud Stafford à la pointe de l’attaque. Fantomatique, le buteur de l’ASQB devait se demander à un moment ce qu’il faisait sur le terrain. Idem pour son remplaçant en deuxième période, Ashley Nazira, porté disparu. Autant dire qu’Andy Sophie (pas éligible pour disputer ce tournoi) n’a pas de souci à se faire car les prétendants à son poste sont bien loin d’être des foudres de guerre. Certes, le Club M s’est, par intermittence, rapproché des cages d’Isaac Khune Itumeleng, mais rien de concret n’a abouti.
On est bien loin d’être sorti de l’auberge !
En deuxième période, la bande à Ephraim ‘Shakes’ Mashaba a fait la différence en marquant en premier lieu sur coup franc. À la 68e minute, Mandla Greatful Masango prit à défaut le gardien de but  Kevin Jean-Louis d’une frappe détournée par le mur mauricien. Ce fut ensuite au tour de Wandisile Letlabika (84e) de se distinguer en inscrivant le but de la victoire suite à une belle combinaison dans la surface de réparation. La messe était alors dite. « Nous avons été opportunistes. Nous avons eu un peu de mal à développer notre jeu en première période face à une équipe mauricienne bien regroupée défensivement. Mes joueurs ont appuyé sur le champignon à la sortie des vestiaires et je suis très satisfait de leurs prestations. Cette étape franchie, nous nous concentrons désormais sur le tour suivant », a fait ressortir le sélectionneur sud-africain.
Il soutient que la sélection mauricienne a encore du chemin à faire. « C’est une jeune équipe qui doit encore progresser notamment au niveau tactique et technique. Elle a eu le mérite d’être combative jusqu’au coup de sifflet final ». Le Club M n’a pas montré grand chose, n’étant pas en mesure d’aligner quatre passes successivement. Alarmant! D’autant qu’à 2-0 une cinquantaine de supporters des Bafana Bafana fredonnait en coeur dans les gradins »One more Fana one more, one more Fana one more ». Si l’équipe du ‘Shakes’ les avait écoutés, le score aurait été beaucoup plus lourd. Nous en avons pris 5 sur l’ensemble des deux matches. Assez. Pour le technicien français Alain Happe, l’équipe est toujours en reconstruction. « Les Sud-Africains ont été plus réalistes. Ils n’ont pas volé leur victoire. Nous devons continuer à travailler dans le but de réaliser un bon tournoi aux JIOI », a-t-il souligné. On est encore bien loin d’être sorti de l’auberge!