Avec le retour de Saoud Lallmohamed au plus haut niveau du football mauricien, notamment par le biais de la Mauritius Professionnal League Limited et parachuté président de la commission technique, il fallait s’y attendre. En effet, aujourd’hui 15 mars 2015 sera sans doute le jour le plus triste du football mauricien après ceux de 1999 où le pays s’était embrasé en raison justement des dérapages entourant l’organisation du football communal avec des équipes comme le Scouts Club, la Fire Bridage, le Sunrise et le Cadets Club entre autres. Du moins c’est ce que nous a confirmé, après des multiples tentatives infructueuses, le secrétaire général de la MFA, Didier Pragassa. Ce qui confirme qu’aujourd’hui la MFA a pris ces mêmes ingrédients pour refaire jouer un football qui n’a cessé d’apporter la division au sein de la République de Maurice, dont tout le monde connaît la fragilité du tissu social.
Informé de la démarche de la MFA, le ministre a convoqué vendredi matin dans son bureau le président de la MFA de même que Saoud Lallmohamed pour une réunion d’explication. Par le biais de son attaché de presse vendredi en début d’après-midi, il a été indiqué à Week-End que le ministre Yogida Sawmynaden estimant que la démarche de la MFA de lancer une ligue, ne serait-ce, que vétéran avec des équipes comme la Fire Brigade, Cadets Club voire Scouts Club est «dangereux pour le football et pour Maurice.» L’attaché de presse devait même ajouter que le ministre veut un retrait total du football communal et à la place il a proposé à la MFA de Samir Sobha d’encourager des équipes vétéran de se joindre aux formations actuellement en ligue professionnelle pour ensuite être en mesure d’organiser un championnats vétéran.
A vendredi, il était question que la MFA fasse demi- tour et revoie sa copie afin d’éviter justement que le pays soit à nouveau l’otage de ces hooligans qui ont fait des ravages dans les années 90. Car même de nos jours le football dans le stade n’est pas encore «totaly safe» puisque lors d’une récente rencontre entre ASPL 2000 et La Cure Sylvester au stade Saint François Xavier, il a été nécessaire d’appeler la police pour que l’arbitre de la rencontre puisse quitter le terrain et le stade, car des supporteurs n’avaient pas hésité à envoyer des projectiles sur le stade. Mieux il y a eu aussi le tournoi du Racing Club qui avaient réuni quatre autres anciennes formations dont le Scouts, la Fire, le Dodo et le Cadets Club et qui avait réuni pour la demi-finale quelque 1500 personnes à Trianon. Beaucoup de ceux-là nous ont témoigné aujourd’hui de l’atmosphère tendue qui a animé cette rencontre. Depuis, le racing Club de Trianon n’a pas renouvelé l’expérience.
Samir Sobha et Saoud Lallmohamed, dont son apologie pour le football communal est connue de tous, se croient-ils au dessous des lois mauriciens et au point qu’ils n’hésitent pas à allumer la mèche qui risque de faire exploser le pays? Surtout avec tous ces « voices » en tout genre et toute la frustration qui anime beaucoup de gens dans notre société de plus en plus fragile. Sont-il si forts qu’il croient qu’ils peuvent non seulement aller contre les dispositions du Sports Act et aussi de leurs propres statuts, qui n’autorisent pas le football communal.
Nous ne pouvons qu’espérer que les autorités prennent très vite les décisions qui s’imposent et ne pas être un complice passif dans ce mauvais jeu de la MFA. Car si cette dernière peut maintenir un Fire -Cadets (selon le secrétaire général) aujourd’hui au stade Georges V, il faut bien que le MJS par le biais du Mauritius Sports Council leur a donné l’autorisation d’utiliser cette infrastructure qui appartient à l’État.
Hier, nous avons essayé d »avoir la position du ministre sur la nouvelle démarche de la MFA. Mais en vain, car ni lui ni son attaché de presse n’ont décroché à nos nombreux appels téléphoniques.