Sept joueurs de Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) Wanderers, équipe évoluant dans le championnat professionnel (BMPL) de football, sont actuellement dans l’oeil du cyclone, eux qui ont été suspendus par la Mauritius Professionnal Football League (MPFL) pour une période de deux ans après avoir pris part à un match amical le dimanche 12 juin dernier. Le président du club, Rex Panain, se retrouve face à un sérieux dilemme.
Les coupables sont Teeven Roussety, Stephen Adeline, Linley Castel, Wendy Momus, Thierry Roussety, Yannick Ameer et Michael Roussety qui ont eu le malheur de prendre part le dimanche 12 juin dernier à un tournoi organisé par le conseil de district de Flacq, à Souillac. Ces derniers ont enfreint le règlement 12 b (ii) qui stipule clairement : « no player once licensed by the MFA to participate in the PFL tournament is not allowed to play for any other team in any competition/friendly match whatsoever except for the Mauritius National Team. Transgressing this rule will lead to a suspension of up to 2 years. »
Le couperet est tombé et les joueurs en ont pris pour leur grade. Mais Rex Panain est catégorique, ces protégés ont laissé tomber l’équipe. « Ils doivent maintenant prendre leurs responsabilités et assumer les conséquences de leurs actes. J’estime qu’ils ont laissé tomber l’équipe en ne pensant qu’à eux-mêmes. Et le pire est que je les avais tous prévenus le vendredi 10 juin qu’il ne fallait pas prendre part à cette rencontre, car ils risquaient de prendre cher. Visiblement, mes paroles sont tombées dans les oreilles de sourds », a-t-il lâché.
À la question de savoir si ce jugement était trop sévère, le président a poursuivi, « ce sont les lois de la MPFL et il faut les respecter. Ce n’est pas la première fois que des joueurs sont suspendus. Je pense notamment à Augustin et Pithia dans le passé qui avait également été sanctionnés. Ça aurait dû servir de leçon aux joueurs. Ils ont fait fi de mes directives et ils ont disputé le match. J’estime que ce n’est pas sévère. » Mais le président compte bien évidemment faire appel. « Ils risquent au pire de prendre pour un an minimum mais je tiens à préciser une chose : si l’équipe est reléguée, ce sera de leur faute », a-t-il ajouté.
Des joutes fatidiques pour les Rastas
En effet, les Rastas sont loin d’être en ballotage favorable en championnat, occupant la 8e place avec seulement 4 points d’avance sur le premier relégable, Chamarel. D’ailleurs, GRSE a dû faire appel aux jeunes (juniors) pour remédier à l’absence de titulaires. « Nous n’avons pour l’instant pas le choix. Nous devons donner la chance aux jeunes pour cette fin de saison. Et je tiens à dire que certains ont été très bons », a renchéri Rex Panain. Toutefois, mercredi à l’occasion de la 33e journée de championnat, GRSE s’est fait battre par l’Association Sportive de Quatre-Bornes (ASQB) sur le score de 2 buts à 1. Pour la petite anecdote, le buteur des Rastas lors de cette rencontre, Rodney Castel, avait lui aussi participé au match amical interdit mais il a échappé à toute suspension, étant un semi-professionnel. Il peut de ce fait s’aligner à une compétition ne tombant pas sous l’égide de la MPFL.
Pour le président, le match contre la lanterne rouge aujourd’hui (15h30) contre le Curepipe Starlight s’annonce décisif. « C’est une finale pour nous et nous devrons impérativement prendre les 3 points pour nous mettre en sécurité. Nous rencontrerons par la suite notre adversaire direct Chamarel et clôturerons l’exercice 2015-2016 avec La Cure Sylvester », a soutenu Rex Panain. Ce dernier a toutefois voulu lancer un appel aux joueurs. « Les joueurs évoluant en BMPL ne doivent pas oublier qu’ils se doivent de respecter les règlements. Depuis l’ouverture du Foot Five à Bagatelle, nombreux sont les joueurs professionnels à y prendre part. Or, ils n’ont pas le droit. Il faudrait éviter que de telles choses se reproduisent à l’avenir », a-t-il conclu.