(Photo d'illustration)
  • Dans le secondaire en général (incluant Rodrigues), environ un millier d’élèves en moins en Lower VI cette année
  • Fermeture de “Presidency Boys” en 2020 par manque d’élèves

Alors que l’année scolaire 2019 est quasiment bouclée, avec la tenue en ce moment des examens de fin d’année, des managers et des recteurs dans une dizaine de collèges privés “grant-aided” ont le ton amer en ce qui concerne leurs classes de Lower VI.

En effet, ils n’ont pu admettre d’élèves à ce niveau en raison du critère obligatoire de “Four Credits” et, en conséquence, ils ne présenteront pas de candidats aux examens de HSC l’année prochaine, n’ayant pas d’élèves en Upper VI. Avec l’obligation de “Five Credits” l’an prochain pour l’admission en Lower VI, ils craignent de se retrouver à nouveau devant des classes vides.

À la fin du calendrier scolaire 2019, des responsables de collèges privés ainsi que quelques officiers à la Private Secondary Education Authority confirment au Mauricien « une réduction du nombre d’élèves en Lower VI dans le secondaire privé » en raison des nouveaux règlements pour l’admission. Selon nos informations, il y a deux à trois collèges dans chaque zone qui n’ont pu avoir d’admis en Lower VI cette année.

Les établissements qui en sont concernés sont ceux recrutant généralement des “low achivers” à l’entrée en Form I (Grade 7), et avec l’obligation de “Five Credits” en 2020, il y a un grand risque qu’ils ne puissent admettre d’élèves encore une fois en Lower VI l’an prochain. Dans les milieux de la PSEA, on abonde dans le même sens.

Les Educations Statistics 2019 confirment une baisse dans le nombre d’admissions en Lower VI (Grade 12). Il y avait 8 363 élèves (incluant Rodrigues) cette année, contre 9 561 l’an dernier, soit 1 198 en moins, alors qu’en 2017 il y avait 10 395 jeunes dans cette classe.

Le secondaire d’État aussi n’est pas épargné par cette réduction d’élèves en Lower VI et, selon nos renseignements; il y aurait quatre écoles dans ce secteur qui n’ont pas eu d’admis cette année dans cette classe.

Par ailleurs, l’opposition s’est intéressée à ce sujet au Parlement au cours de cette année, en témoigne une question du député Arvin Boolell à la ministre de l’Education et figurant à l’agenda de la séance parlementaire du 30 juillet, comme suit : « Whether, in regard to the Grade 12 students, she will state the total intake thereof in 2017, 2018 and 2019, respectively, indicating the estimated intake thereof in 2020. » Mais le député du Parti travailliste n’a pas obtenu de réponse à sa question.

Selon les observations de certains officiers de la PSEA ,il ne serait pas impossible que 12 à 15 établissements privés soient contraints d’abandonner des cours de Lower VI l’an prochain à cause de ce critère de “Five Credits”. Et si leurs estimations sont confirmées après les résultats de SC, plusieurs collèges privés pourraient se retrouver alors dans une situation de personnel surnuméraire conséquent.

Par ailleurs, le board de la PSEA devrait se rencontrer avant la date des prochaines élections pour avaliser l’enregistrement des collèges pour 2020. Selon certaines indications, il se pourrait que certains établissements n’obtiennent pas l’autorisation d’offrir des classes de HSC car ne respectant pas certains critères.


MANQUE D’ÉLÈVES

Fermeture de « Presidency Boys » en 2020

La population de “Presidency Boys”, située à Curepipe, a chuté d’une manière drastique ces dix dernières années et à la fin de cette année scolaire, le collège compte moins de 130 élèves. Au mois de juillet dernier, la Private Secondary Education Authority avait averti le “management” de l’école de la décision prise concernant un “stoppage of grants” car ne respectant pas le critère relatif au nombre d’élèves.

Cet arrêt de subventions prendra effet à partir du 31 décembre de cette année. Les parents ont déjà été informés à travers la PTA que l’école n’ouvrira pas ses portes à partir du 1er janvier 2020 tandis que la PSEA s’apprête à leur envoyer une lettre pour les informer du transfert de leur enfant vers un autre établissement. À la PSEA, on affirme que cette centaine d’élèves seront transférés vers l’établissement le plus rapproché de leur domicile.