Le procès pour complot et blanchiment d’argent contre Chandra Prakasing Dip (N° 1), Chitranjun Hauroo (N° 2) et Mahmad Razik Aumeerally (N° 3) n’a pu être entendu aujourd’hui. L’accusé N° 2 étant absent, l’affaire sera de nouveau appelée devant la magistrate Renuka Dabee le 24 juin.
Le directeur des poursuites publiques intente un procès devant l’instance criminelle de la cour intermédiaire à Chandra Prakasing Dip (accusé N° 1), Chitranjun Hauroo (N° 2) et Mahmad Razik Aumeerally (N° 3) pour complot et blanchiment d’argent sous l’article 19 (1) du Code Pénal et 3 (1) (b), 6 (3) et 8 de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. Ils ont plaidé non coupables aux accusations. C’est la vice-présidente de l’instance, la magistrate Renuka Dabee qui écoute l’affaire.
Ce matin, le procès n’a pu se tenir comme prévu, Chitranjun Hauroo étant absent. Celui-ci, âgé d’une trentaine d’années, a retenu les services de Me Assad Peeroo. Les deux autres accusés étaient toutefois présents ainsi que leurs avocats. Chandra Prakasing Dip est défendu par le Senior Counsel Me Ivan Collendavelloo et Mahmad Razik Aumeerally a retenu les services de Me Kahpeeldev Raghunandan. L’affaire a été renvoyée au mercredi 24 juin.
L’acte d’accusation soutient que les trois hommes auraient, en juin 2008 à Trianon, ourdi un complot afin de détourner Rs 11 millions. Chandra Prakasing Dip était un auditeur d’une firme très réputée. L’enquête policière a été menée par le Central Criminal Investigation Department (CCID). L’importante somme d’argent en possession des deux autres accusés a mis la puce à l’oreille des limiers. Les enquêteurs sont d’avis que qu’il a été obtenu par des moyens malhonnêtes.
Rappelons que Chandra Prakasing Dip est le fils de l’assistant commissaire de police (ASP) Dip. La police lui reproche d’être également impliqué dans une fraude de quelque Rs 80 millions à la Bramer Banking Corporation Ltd en 2011.