La direction de la Financial Services Commission (FSC), le régulateur du secteur des services financiers non bancaires, promet de renforcer en 2016 sa stratégie d’éducation des consommateurs afin de sensibiliser davantage le public investisseur et l’amener à prendre des décisions d’investissements en toute connaissance de cause.
Sans pour autant faire allusion spécifiquement aux nombreux cas où le public investisseur s’est laissé prendre dans des “ponzi schemes” et autres arnaques financières, la direction de la FSC, tout en affirmant que le secteur des services financiers a enregistré une croissance rapide ces dernières décennies, se dit consciente qu’il est « crucial » de tenir compte des besoins des consommateurs de ces services si l’on veut que le secteur en question puisse passer à un palier supérieur de son développement. Dans son message publié dans le Bulletin de janvier 2016, le Chief Executive par intérim de la FSC, P. K. Kuriachen, fait ressortir : « For the soundness and stability of our financial system, the FSC Mauritius believes in promoting initiatives that create an enabling environment to make the on-boarding process of all consumers of financial services and products simpler. » Il affirme que la FSC prendra des initiatives pour promouvoir l’éducation financière de la population.
Le Chief Executive par intérim de la FSC soutient également que les récentes tendances ont confirmé le potentiel de Maurice en tant que plateforme de l’investissement étranger en direction de l’Afrique. La part des investissements étrangers passant par le secteur du Global Business en direction du continent africain est ainsi passée de 54,43% en 2013 à 56,91% en 2014. « This momentum must be consolidated », estime P. K. Kuriachen, qui rappelle que la promotion de l’intégration régionale est une composante importante de la stratégie de développement du centre financier mauricien. La FSC, annonce-t-il, facilitera la signature de protocole de coopération entre les marchés boursiers régionaux. La cotation transfrontalière des sociétés, des devises ainsi que le « trading » en ligne seront promus.
La direction de la FSC fait également état de sa préoccupation face au nouveau défi que représente l’adoption du projet de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE) et du G20 portant sur la lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert des bénéfices, aussi connu comme le BEPS. « We also have to face new challenges which will impact on the future of the financial services sector. Operators in the sector will be called upon to adapt to measures related to the Base Erosion and Profit Shifting (BEPS) regulations being adopted by the key OECD members on the international front », indique P. K. Kuriachen, avant d’ajouter que la FSC continuera à collaborer avec les décideurs politiques et tous les acteurs de l’industrie des services financiers.  
La FSC estime par ailleurs qu’il est impérieux de développer le secteur des services financiers afin qu’il puisse offrir plus d’opportunités d’emploi aux jeunes. Le développement de l’assurance captive est souligné à cet effet. Le régulateur affirme en outre qu’il consolidera ses efforts pour démontrer qu’il est engagé au développement soutenu de Maurice en tant que centre financier compétitif, solide et de bonne réputation.