• Des passagers, rentrant du travail, pénalisés avec les autobus retenus en Special Route pour les activités politiques d’hier après-midi

Les habituels usagers du transport en commun ont attendu plus d’une heure hier après-midi à la gare Victoria, à Port-Louis pour rentrer chez eux faute de  bus. Les autobus arrivaient à compte-gouttes et les passagers se bousculaient pour y avoir accès. Ceux qui rentraient après une jounée de travail étaient exaspérés par cette situation inattendue et ont cru à un éventuel go-slow des employés des compagnies d’autobus.

« Ki pe arive vouzot, ena lagrev ? » se demandaient des passagers à mesure que se prolongeait l’attente et que grossissait le nombre des passagers. D’autres pensaient que le retard des bus en gare était dû à un grave accident de la route ayant provoqué par la suite une congestion routière conséquente. Mais des rares receveurs et chauffeurs qui arrivaient en gare ont donné aux passagers en colère et qui cherchaient des renseignements une autre explication : « Bann parti politik finn demann bis pou zot meeting. Se travayer ki pe gagyn difikilte aster-la pou rant zot lakaz. » Ces employés de compagnie d’autobus étaient mécontents eux aussi de cette situation.

Ce manque de bus concernait principalement les routes en direction des Plaines Wilhems (ligne ‘ordinaire’ et express). Impatients de rentrer chez eux après une journée de travail, des passagers habitant les basses Plaines Wilhems se sont rués vers les autobus faisant le trajet de Pointe-aux-Sables et Petite Rivière pour s’arrêter à Grande-Rivière et à Boarstal et à partir de là certains se sont débrouillés pour trouver d’autres moyens de transport pour rentrer chez eux. Par ailleurs, les arrêts d’autobus entre la Gare Victoria et de Beau-Bassin étaient tous bondés de passagers qui tentaient tant bien que mal de composer avec la situation.