Si l’incertitude régnait toujours en début de semaine en ce qu’il s’agit de la participation de Derreck David, qui attendait de connaître son sort à propos de son appel sur Sole Mio, l’atmosphère était plus détendue au sein de l’écurie Rousset à l’occasion de cette dix-septième journée où l’état-major est sorti en piste en pas moins de cinq occasions pour accueillir ses protégés. Une performance qui porte la griffe du jockey sud-africain, qui a fait montre d’intelligence, de sang-froid et surtout de plus de maturité. Des qualités nécessaires, qui, ajoutées à de bons chevaux et un peu de chance, lui donneront le droit de viser une  cravache d’or sur notre turf.
Pour Soodesh Seesurrun, la chance, la bonne forme des chevaux et la motivation de son jockey étaient autant d’éléments qui ont contribué à cette bonne moisson. «Sur le papier, nos chevaux se présentaient avec des chances dans leurs épreuves respectives, mais dans ce circuit il faut toujours compter avec le facteur chance. Disons que samedi dernier, on a eu de la veine. Aussi, Derreck David était très motivé pour son retour à la compétition après une suspension. Personnellement, je pensais qu’on allait remporter deux courses samedi dernier. Nos meilleures chances étaient Gharbee, qui avait comme course de référence sa deuxième place derrière Elite Class, et The Real Hero, qui avait beaucoup progressé».
L’assistant-entraîneur n’a pas tari d’éloges au sujet de son jockey qui a, semble-t-il, beaucoup progressé ces derniers temps. «Derreck est encore jeune et dynamique. Ce que j’aimais bien avec lui avant qu’il ne défende nos couleurs, c’est qu’il prend de bons départs et qu’il possède des qualités de bon finisseur. Malheureusement, il a commis quelques erreurs en 2014 et même en début de cette année. Mais ce qui est formidable avec lui, c’est qu’il sait reconnaître ses erreurs. On l’a recadré et motivé. Ce travail a, semble-t-il, porté ses fruits. Il semble avoir gagné en maturité et aujourd’hui il monte avec plus de confiance. S’il est bien guidé par un entraîneur, il ira très loin. Les chevaux sont en forme actuellement et je souhaite qu’il remporte le maximum de victoires cette année».
Des rumeurs qui circulaient bon train à l’effet que l’état-major de cet établissement avait déjà eu des contacts avec plusieurs jockeys pour remplacer David. «Je peux vous affirmer que tout ceci n’est pas vrai», dira avec force notre interlocuteur. «David était conscient que nous devrions chercher une autre cravache au cas où il perde son appel, car on ne pouvait rester sans titulaire pendant quatre semaines. En attendant les retombées de son appel, on n’avait encore contacté aucun jockey pour le remplacer».
La satisfaction était de mise pour tout un chacun samedi dernier, car à l’exception de Dee Major, qui a connu des ennuis en course, tous les autres partants ont terminé sur le podium. Une performance qui permet à Gilbert Rousset d’empocher Rs 863 000 en terme de gains et de gagner deux rangs au classement général.
La plus belle des victoires demeure celle de Polar Royale dans l’épreuve phare où Nordic Warrior, qui ne portait que 54kg, était le cheval à battre. Le calcul n’était pas si évident au départ, mais Gilbert Rousset et Soodesh Seesurrun ont travaillé sur une stratégie qui pourrait leur permettre de déjouer les plans du favori. «Je craignais que l’écart de poids entre Nordic Warrior et Polar Royale ne pèse lourd dans la balance. Notre tactique était de faire travailler le cheval de Perdrau au départ. On avait adopté la même stratégie lors du week-end international lorsque Rear Admiral avait battu Nordic Warrior. Ainsi, Derreck devait demander un effort à sa monture sur la partie initiale afin de faire courir son principal adversaire. Cela a marché puisque la monture de Joorawon est partie assez vite pour creuser l’écart. Derreck a fait preuve de beaucoup de sang-froid et n’a pas sorti Polar Royale de son pas. Il a attaqué au moment opportun et cela a payé».
Après ce succès, le troisième de la saison et sa neuvième sur notre turf, Polar Royale bénéficiera d’un petit repos. «A ce stade de la compétition, il a déjà couru cinq fois avec trois victoires et deux podiums. Je préfère un 1400m pour Polar Royale. La prochaine course majeure pour lui sera la Princess Margaret Cup disputée à poids d’âge», nous a confié l’assistant-entraîneur.
La belle série avait débuté avec Bronco Buster, modèle même de régularité depuis ses débuts sur notre turf, qui enregistra sa deuxième victoire de la saison. Rear Admiral fit encore mieux, car cela constituait sa troisième victoire d’affilée. «Je m’attendais à une très bonne course de Bronco Buster. Ce cheval a complètement changé par rapport à l’année dernière. Rear Admiral est le genre de cheval qu’il faut faire travailler au départ, car il doit toujours garder contact avec les meneurs. Il doit être piloté all the way. Dans le dernier virage je savais qu’il allait pouvoir l’emporter, car dans l’emballage final il y met tout son coeur. Avec une troisième victoire consécutive, on peut dire que Rear Admiral a rempli son contrat pour la saison. Désormais, on va essayer de lui trouver une course dans une valeur supérieure avec une légère charge afin de ne pas trop le pénaliser au handicap».
A l’entame de la seconde moitié du calendrier, Soodesh Seesurrun demeure serein. Si son effectif est composé de 35 chevaux actuellement, ce chiffre devrait passer à un peu plus de 40 avec l’arrivée du prochain contingent prévu pour début août. «Sept nouveaux sont attendus dans le prochain vol. Si chacun d’eux peut courir une ou deux fois avant la fin de la saison, ce sera un «plus» pour notre établissement».