Docteur SHEILANA RAMDOO

La pensée métaphorique/analogique est centrale dans l’éducation des Arts (musique, danse, peinture, théâtre). L’utilisation des Arts dans l’éducation est une méthode pédagogique qui vise à réintroduire le développement des multiples facettes de nos compétences – analytiques, pratiques et créatives – ainsi dépassant l’apprentissage ‘par cœur’. Et complétant ainsi une éducation souvent trop orientée vers le rationnel – qui laisse le ressenti d’une lacune dans nos esprits.                                    

Ce manquement dans notre éducation est souvent ressenti après une éducation formelle. Plusieurs religions ont utilisé ce qu’elles appellent des récits ou des contes de sagesse – tels que les histoires Zen japonaises, les récits soufis du Proche-Orient, les paraboles taoïstes chinoises, les récits bibliques, la mythologie grecque ou hindoue. Ces récits édifiants sont des sources métaphoriques qui provoquent une réflexion métaphorique.

Métaphore et allégorie

Comment la pensée et la réflexion dépassent le rationnel grâce à la métaphore ? Comment la métaphore – à travers les Arts – fait dépasser une pensée conceptuelle exprimée pour accéder à une pensée non-exprimable conceptuellement ?                                                              Les stratégies d’Arts dans l’éducation sont des outils pédagogiques qui impliquent pour notre imagination un effort d’interprétation créative – qu’Aristote définit comme étant une action créative – à travers l’usage d’analogies, de métaphores et d’allégories.

Définitions en bref :

i) on fait une analogie on compare; par exemple, la structure de l’atome – des électrons tournant autour du noyau, avec le système solaire – des planètes tournant autour du soleil.                                       

ii) la métaphore est une figure de style. Par exemple, « L’amour naissant est l’éclosion d’une fleur ». Nous savons que l’amour n’est pas une fleur mais nous pouvons approcher le sentiment de l’amour naissant par l’image de l’éclosion d’une fleur. La métaphore nous fournit ainsi une méthode d’accès à de nouvelles connaissances. Partant de « l’éclosion d’une fleur » – où nous cherchons à transposer nos connaissances de ce domaine qui nous est familier à un domaine qui nous paraît obscur – « la naissance de l’amour ».                                                                                                                                                                      Ainsi, la métaphore part d’une structure de connaissance préalablement existante dans notre cerveau pour ensuite la déplacer et l’appliquer sur un domaine nouveau. C’est une méthode globale et structurante que l’on peut pousser très loin à condition d’être créatif.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

iii) l’allégorie : l’usage simultané de métaphores, d’analogies et de symbolisme – on peut parler d’une ‘métaphore à plusieurs niveaux’. Une allégorie présente des histoires en forme de séries d’images, d’analogies, de métaphores.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        La réflexion métaphorique est une réflexion par images où les mots désignent plus qu’eux-mêmes.  Quand on réfléchit par métaphores ou analogies, nos pensées atteignent d’abord la partie gauche du cerveau – (l’hémisphère de la rationalité, du traitement séquentiel) – pour ensuite s’étendre vers d’autres associations analogiques dans la partie droite du cerveau, qui est la partie créative du cerveau – (l’hémisphère de la créativité, du traitement global).  En d’autres termes, nos pensées quittent la partie gauche du cerveau, qui forme notre côté rationnel, pour ensuite en construire d’autres, à travers images et émotions dans la partie droite du cerveau, qui forme notre côté créatif. Ce processus cérébral relève d’une réflexion abstraite où nos capacités d’analyse vont au-delà de l’image visuelle. Cette manipulation de formes visuelles dans l’espace dans la partie créative du cerveau s’oppose à la duplication des formes visuelles dans la partie rationnelle du cerveau qui ne s’engage que dans la répétition, l’imitation et la mémorisation.

Aristote considère ce processus cérébral (qui se fait à travers la réflexion métaphorique/analogique) comme un outil de connaissance, où la compréhension de nouvelles métaphores exige des efforts de créativité.  Quand nos pensées quittent la partie rationnelle gauche de notre cerveau, c’est comme un étirement de notre imagination en un effort d’interprétation qu’Aristote définit comme étant une action créative – partant de la perception physique au développement d’une perception intuitive.

La méthode pédagogique des Arts

On l’aura compris, la méthode pédagogique des Arts change nos habitudes de penser, bouscule notre ethnocentrisme, et nous réapprend à relier les antagonistes, à réintégrer l’hétérogénéité dans nos vies et à refuser l’impasse d’une méthode rationnelle qui sépare et désenchante. On comprend que l’existence humaine ne peut être limitée au quantifiable et au mesurable. On prend conscience de l’existence de ces éléments hétérogènes qui influencent nos comportements et du même coup notre destinée. La méthode pédagogique des Arts, que l’on trouve de moins en moins dans la société occidentale et encore moins dans nos systèmes éducatifs, indique que l’Homme, limité à des connaissances scientifiques, est un être incomplet.

Il faut alors comprendre que le travail à travers les Arts conduit à la méditation. En ce sens, une œuvre d’Art (musique, peinture, théâtre ou danse) doit refléter avant tout un ressenti, une émotion, une intuition, une expérience et éviter toute intellectualisation. Mais comment faire pour y parvenir ? Il faut se laisser aller, ‘aller au-delà du matériel’, et regarder comme on le ferait pour une œuvre d’art.                                                                                                                     On le sait bien, nous sommes réceptifs aux rêveries, pensées, idées, images que nous inspire toujours une œuvre d’art – ce processus, développé par l’éducation des Arts, ira au-delà – c’est un Dépassement/“Going Beyond”.    

*LE TITRE DU PLAN QUINQUENNAL STRATÉGIQUE 2015/2019 DE L’INSTITUT MAHATMA GANDHI