Romila Mohee, vice-chancelière de l’Université de Maurice, a lancé un appel au ministre des Arts et de la Culture Santaram Baboo pour que le processus de classification de la « Governor’s Railway Station » de Réduit, comme patrimoine national, soit activé. C’était jeudi dernier à l’occasion du lancement de la publication des communications de la conférence internationale organisée par la Commission Justice et Vérité en 2011, intitulée « Traités, Esclavage et Transition vers l’Engagisme ».
La vice-chancelière rappelle que le dossier a été soumis au ministère de tutelle depuis 2013. L’UoM a pour projet de le convertir en un « teaching museum ». Sollicité par Le Mauricien à l’issue de cette cérémonie, le ministre Santaram Baboo a laissé entendre qu’il accédera à cette requête. Le 27 août dernier, le Centre for Research on Slavery and Indenture (CRSI) a commémoré la Journée de l’Abolition de la traite négrière, officiellement observée le 23 août, et le début de la colonisation française avec le débarquement du capitaine Guillaume Dufrense d’Arsel à Maurice le 27 août 1715.
Lors de son intervention, Romila Mohee a indiqué que le CRSI a été mis en place en 2008 pour promouvoir le dialogue interculturel, mener des recherches historiques et encourager une approche scientifique des études ayant trait à l’esclavage et à l’engagisme. Elle indique que le centre compte un groupe de chercheurs de l’UoM et des collaborateurs extérieurs. Le CRSI encourage le travail d’équipe et le service communautaire, fait ressortir l’intervenante. « I have been made to understand that the Centre for Research on Slavery and Indenture has been invited to form part of an international network of research centres on slavery and a first meeting has been set for October of this year », affirme-t-elle.
Elle annonce aussi le projet du CRSI d’étendre ses recherches à Rodrigues et de publier le travail d’un ex-étudiant de l’UoM, bénéficiaire du Leiden Excellence Scholarship Award, de l’Université de Leiden, aux Pays-Bas. Elle note que la stratégie (2015-2020) de l’UoM est de rendre les travaux universitaires accessibles au grand public. Elle indique que le colloque intitulé “Yer Rezistans Zordi Resiliance”, organisé en février de cette année, a vu « une participation étroite du grand public auprès des universitaires ».
Dans cette optique, elle fait ressortir que l’ouvrage Traités, Esclavage et Transition vers l’Engagisme a été revisité par des traducteurs et des éditeurs pour le rendre plus accessible au grand public. Jeudi dernier, la version française a été lancée. Et d’annoncer la parution de la version anglaise pour bientôt. « Celle-ci pourra être utilisée dans les écoles car elle présente les dernières recherches sur le sujet », affirme-t-elle.
La publication de ces actes a été le fruit d’un travail dirigé par Vijaya Teelock, de l’Université de Maurice et Thomas Vernet de l’Université Paris 1 avec le soutien du CRSI, l’Institut des mondes africains (IMAF) et le centre Nelson Mandela pour la culture africaine (CNMCA). Ont également pris la parole à cette occasion le ministre Santaram Baboo, Vijaya Teelock et Jimmy Harmon, directeur du CNMCA.