Michel Perrette de Bruno, un éleveur de porcs à Albion, poursuivait le ministère de l’Agro-industrie réclamant des dommages de Rs 1 M pour la perte de ses animaux après que ces derniers furent infectés de la grippe porcine. Selon le plaignant, lors d’une visite de sa ferme, les officiers du ministère avaient sur leurs véhicules des animaux en état de décomposition et n’avaient pas pris les mesures nécessaires pour que ses propres animaux ne soient pas infectés. Après avoir écouté l’affaire, le juge Iqbal Maghooa est arrivé à la conclusion que la mort des animaux du plaignant n’avait rien à voir avec les animaux en décomposition que transportait le ministère.
Dans sa plainte, Michel Perrette de Bruno avait indiqué que sur sa ferme à Belle-Vue Phare, il élevait plus de 200 porcs et que face à la grippe porcine, il avait pris toutes les précautions nécessaires pour garder ses animaux en bonne santé. Le 9 avril 2008, des officiers du ministère de l’Agro-industrie avaient effectué une visite chez lui et avaient trouvé que 140 de ses animaux étaient en bonne santé et pouvaient être consommés. Cependant, fait-il ressortir dans sa plainte, le même jour, un véhicule du ministère transportant une quinzaine d’animaux en état de décomposition était en visite sur une ferme voisine et était garé à deux mètres de la sienne. Deux jours après, il s’était rendu au ministère pour faire part de cette situation et selon lui, les officiers lui avaient remis des sachets de désinfectant. Le 25 avril, ses animaux ont commencé à tomber malades et le lendemain 11 d’entre eux étaient morts. Le 26 avril, un vétérinaire du ministère lui avait rendu visite et avait confirmé que les animaux étaient infectés. Par la suite d’autres animaux sont tombés malades et le vétérinaire a dû procéder à leur abattage. Du 30 avril au 5 mai, 256 porcs infectés avaient été abattus. L’éleveur estimait que cette situation était due à la faute et négligence du ministère qui n’avait pas pris les mesures nécessaires pour éloigner les animaux en état de décomposition. Il estime que ses porcs ont été contaminés à partir des microbes et bactéries émanant des animaux morts.
Le ministère, pour sa défense, avait soutenu que lors de la visite le 9 avril, ce sont uniquement 140 porcs qui avaient été diagnostiqués en bonne santé alors que le ministère continuait à effectuer des examens sur les 41 autres qui étaient sur la ferme. Par ailleurs, le ministère avait soutenu que la visite du vétérinaire après la mort de quelques animaux du plaignant avait démontré que les animaux étaient infectés de la grippe porcine et avait conseillé au fermier de les abattre. Le plaignant avait reçu une somme de Rs 130 000 pour la perte de ses animaux suite à l’African Swine Fever. Le Principal Veterinary Officer du ministère, le Dr Meenowa, qui a déposé en Cour, avait déclaré que la grippe porcine ne pouvait être transmise par les mouches car le temps qu’elles prennent pour voler, le virus meurt. Après avoir écouté les diverses versions, le juge Iqbal Maghooa est arrivé à la conclusion que la mort des animaux du plaignant n’avait rien à voir avec les animaux en décomposition que transportait le ministère. « As regards the issue of contamination of the plaintiff’s pigs by harmful bacteria or germs emanating from the decomposed pigs found in the defendant’s lorry, the testimony of Dr Meenowa is to the effect that there cannot be transmission of the disease by flies as the virus gets out of function by the time the flies are transported in the air. Although the witness has conceded that flies may also transmit the disease if it has been proven in experimental conditions, I accept his evidence that the disease cannot be transmitted by flies. On the basis of the evidence, I am unable to make the inference that the disease could have been transmitted by flies », dit-il dans son jugement.