La guitariste française Ingrid Riollot revient donner une série de concerts avec les musiciens de la Classical Guitar Society (CGS) à Maurice les 19, 21 et 24 novembre, et ensuite à Rodrigues pour le lancement de la toute nouvelle Société de Guitare Classique de Rodrigues (SGCR) dont s’occupe Eddy Leong Tin. Ayant accepté en avril dernier le titre de marraine de l’ensemble dirigé ici par Clifford Cousnapa, cette artiste enseignante apporte en effet un soutien qui au-delà des performances scéniques, va notamment consister à animer des master classes, diffuser du matériel pédagogique et remettre une guitare au gagnant de la compétition qui accompagne la naissance de cette nouvelle organisation culturelle.
Quatre concerts au Théâtre Mon plaisir, à la chapelle Camp Pintade, à l’Office du tourisme à Port-Mathurin et à l’église de Saint-Gabriel, des master classes, le don de matériel pédagogique et une compétition qui permettra aux jeunes guitaristes classiques rodriguais de se rencontrer autour d’un événement fait pour eux : autant dire que les cinq jours qu’Ingrid Riollot et les musiciens de la Classical Guitar Society vont passer à Rodrigues à la fin du mois seront intenses et riches en émotions. Ces différents événements marqueront la naissance de la Société de Guitare Classique de Rodrigues (SGCR) sous la houlette d’Eddy Leong Tin, qui orchestre ces échanges et sera l’homologue rodriguais de Clifford Cousnapa.
Depuis sa création en 1997, la Classical Guitar Society (CGS) de Maurice a avancé pas à pas et ses membres continuent de promouvoir la pratique et le rayonnement de la guitare classique avec une passion renouvelée. La naissance de l’antenne rodriguaise marque une nouvelle étape dans cette démarche grâce à l’appui de la concertiste et professeur de guitare Ingrid Riollot qui n’a pas hésité à poursuivre et enrichir les liens qui se sont établis lors de son premier séjour à Maurice en avril dernier. « J’ai découvert des guitaristes passionnés, dynamiques et d’un excellent niveau, dit-elle à propos de ce voyage. Cette rencontre musicale fut très riche réciproquement. Être en mesure de partager de la musique et de jouer ensemble, en habitant à 10 000 kilomètres de distance, avec des cultures différentes est un réel moment de grâce. »
Pour cette nouvelle série de concerts à Maurice et à Rodrigues, Ingrid Riollot a notamment ajouté à son répertoire quelques morceaux puisés dans le folklore rodriguais dont elle a fait les arrangements pour ensemble de guitare. Avec les cinq musiciens de la CGS, elle jouera à nouveau le Concerto en sol majeur de Vivaldi, mais son programme en solo sera différent de celui qu’elle a présenté en avril, avec cette fois-ci quelques grands morceaux emblématiques telles que les Asturias d’Isaac Albéniz ainsi que la découverte d’une pièce du compositeur français Nicolas Bacri, intitulée Sérénade mélancolique.
Trois concerts sont prévus à Maurice. Le concert du 19 novembre, à 19 heures, au centre Audi, ainsi que celui prévu à Eureka le 24 novembre, à 19 h 30, visent au-delà du plaisir de l’écoute et du partage, à lever des fonds pour permettre à la CGS de continuer à structurer et développer ses activités et contribuer au financement du séjour rodriguais. Un plateau sera présenté à la porte à cet effet. Un concert public est également prévu au Port-Louis Waterfront le samedi 21 novembre, à 19 heures, pour contribuer d’une autre manière au rayonnement de la musique et qui sait, peut-être susciter de nouvelles vocations.
Si le président de la CGS, Clifford Cousnapa, est professeur de guitare, les activités de la CGS ont régulièrement permis à certains de ses membres, parmi les plus talentueux, de passer les concours de la Royal School of Music et devenir professeur de guitare. Cet ensemble a aussi bénéficié dans le passé de l’aide attentionnée de musiciens tels que le père François Chung et Gérard François, puis venus d’ailleurs comme Bertrand Bayle et Ana Vidovic. Avec la création de la société de guitare rodriguaise sous le regard bienveillant d’Ingrid Riollot, ces musiciens ambitionnent désormais d’aller plus loin et à terme d’organiser une sorte de grand « carrefour de la guitare classique » dans la région…