Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, se rendra au QG du Central CID ce matin à 11 heures pour entamer son interrogatoire Under Warning pour des délits provisoires de sédition et de diffamation criminelle contre le gouvernement de Navin Ramgoolam. C’est ce qu’a confirmé à lemauricien.com Me Roshi Bhadain, le Leading Counsel de Pravind Jugnauth pour les besoins de cette enquête. Il faudra s’attendre à voir cet exercice se prolonger jusqu’à cet après-midi compte tenu du nombre de questions préparées par les limiers du Central CID sous la supervision de l’assistant-commissaire de police, l’ACP Pregassen Vadamalay.
«Tôt ce matin, je prendrai contact avec le responsable du Central CID pour l’informer que Pravind Jugnauth sera à la disposition des enquêteurs à partir de 11 heures. J’ai déjà fait les arrangements nécessaires avec le leader du MSM à cet effet. Ensuite, nous aviserons de la marche à suivre », a déclaré Me Bhadain.
Du côté du Central CID, les derniers préparatifs en vue de cet interrogatoire ont déjà été complétés avec les membres de l’Enquiry Panel  au bureau depuis au moins 8 heures ce matin malgré le temps inclément avec le passage de la tempête tropicale, Dumile, dans les parages. En principe, les enquêteurs du Central CID ont déjà élaboré une vingtaine de questions suite à la conférence de presse du leader du MSM du vendredi 21 décembre dernier, où il avait parlé de « guvernma pédofil »  dans le sillage de l’affaire du MITD.
La question,  qui se pose ce matin, porte sur le scénario, qui pourrait se développer au cours de l’interrogatoire du jour. Après le bras de fer engagé entre Pravind Jugnauth et le Central CID depuis le Boxing Day et les jours subséquents, il faudra probablement s’attendre à voir Pravind Jugnauth consigner formellement sa défense face aux accusations formulées par la ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo.
Par la suite, le Central CID pourrait exercer l’option d’initier des consultations avec le Director of Public Prosecution’s Office au sujet de la marche à suivre avec Pravind Jugnauth rentrant chez lui sans être embêté par une inculpation. Tel fut le scénario avec le leader de l’opposition, Paul Bérenger, dans l’enquête au sujet des allégations de Showkutally Soodhun contre Navin Ramgoolam dans l’affaire MedPoint.
Dans le présent cas impliquant Pravind Jugnauth, le justificatif pour des consultations complémentaires avant toute décision, est que la dernière enquête pour le délit de sédition remonte à plus de 40 ans déjà…
Affaire à suivre.