Photo illustration

En ce début de saison, la Fédération mauricienne d’haltérophilie avait voulu rendre hommage à un de ses leveurs de fonte des plus doués et prometteurs, à savoir Yvan Pierrot, disparu tragiquement fin décembre 2016. Toutefois, cette compétition, tenue samedi au Centre national à Vacoas et réservée uniquement à l’épaulé-jeté, n’aura attiré au bout du compte que les jeunes éléments.

Les haltérophiles de l’élite, surtout ceux retenus pour les prochains Jeux du Commonwealth, n’étaient pas en action. Selon nos renseignements, ces haltérophiles ont agi sur décision du directeur technique national d’origine chinoise, Mu Honghe. Une décision qui semble loin de plaire à Phoorun Bhollah, président de la fédération. « Cette compétition figure dans notre calendrier et il n’est pas normal que dix haltérophiles de l’élite n’y participent pas. Peuton parler de boycott, car le DTN est également absent aujourd’hui ? Ce n’était pas une compétition décidée au hasard, car nous avons voulu rendre hommage à un haltérophile de renom. Même symboliquement, ils auraient dû y participer. »

Des sanctions sont-elles à prévoir ? À ce sujet, Phoorun Bhollah fait ressortir qu’une lettre sera expédiée aux haltérophiles concernées aujourd’hui afin de leur demander des explications. Le DTN sera également convoqué. De son côté, Ravi Bhollah, entraîneur national, trouve cette absence « regrettable ».

D’autant qu’il affirme que l’esprit d’équipe demeure primordial à l’approche des Jeux du Commonwealth. Quoi qu’il en soit, cette compétition aura permis de voir à l’œuvre des leveurs de fonte prometteurs, à l’image de Khewin Juboo, qui a terminé à la première place avec 143 points selon la mesure Sinclair. Bien qu’échouant de peu lors de ses tentatives à 134 kg, il réalisera la performance de réussir à 140 kg. Jeremy Félicité aura également laissé une bonne impression avec sa prestation à 115 kg, alors que le podium était complété par Akshay Jeelol.

En féminin, Aurélie Thésée a pris la première place avec une performance de 60 kg et a ainsi devancé au classemnt Émilia Éole et Doushka Gopaloodoo. Selon Ravi Bhollah, il s’agit désormais d’encourager cette relève. À l’image de Khewin Juboo, qui n’est âgé que de 15 ans, ces jeunes sont prometteurs. Il faut maintenant qu’ils travaillent avec une certaine confiance.