Les entraîneurs des sélections mauriciennes des moins de 20 ans engagées au Challenge Trophy de la zone 7 Afrique à Madagascar se disent amplement satisfaits de la prestation de leurs protégés. Burty Caramsing (masculin) et Sanjay Dabydin (féminin) pensent que cette compétition ne peut que permettre à leurs protégés de progresser.
La médaille d’argent ramenée par la sélection masculine est un très bon résultat constate Burty Caramsing. « Cette médaille d’argent est satisfaisante. D’ailleurs, notre objectif était d’atteindre la finale. Ce que je regrette un peu cependant, c’est que les garçons ne sont pas rentrés dans le match en première mi-temps. En seconde période, par contre, ils ont bien accrochés les Malgaches, marquant même plus de buts. Mais le retard concédé en première période était trop difficile à rattraper. Les Malgaches étaient plus complets que nous. Techniquement, ils étaient meilleurs mais sur le plan physique, il n’y avait pas une grande différence. Mes joueurs n’avaient pas autant d’expérience », observe Burty Caramsing.
Le coach ajoute que des délégués techniques de l’International Handball Federation (IHF) présents à Madagascar n’ont pas tari d’éloges sur l’équipe mauricienne. « Les délégués technique de l’IHF m’ont dit que selon eux, notre gardien, Dylan Chuttoo, était le meilleur du tournoi alors que Damien Laventure était le meilleur défenseur et ce, alors que ces joueurs ne jouent même pas au sein de leurs clubs », confie Burty Caramsing. Celui-ci ajoute qu’il faut à tout prix relancer les championnats nationaux jeunes pour permettre à ces joueurs de s’exprimer et de progresser. « C’est la seule manière d’avoir une équipe suffisament compétitive pour le Challenge Trophy », soutient-il.
Liliana Perrine meilleure buteuse avec 57 réalisations
De son côté, Sanjay Dabydin laisse entendre que ses protégées se sont défendues de manière honorable et qu’elles ont même été privées injustement de la qualification pour la finale. « Je suis content de ce que les filles ont démontré. Les stratégies mises en place ont marché mais il y un sentiment de déception dans le sens ou à cause d’un mauvais arbitrage, nous avons été privés de la finale. Alors que la victoire nous tendait les brais face aux Comores en demi-finale, les arbitres ont sifflé des penalties imaginaires contre nous. De plus, une faute flagrante commise contre Liliana Perrine alors qu’elle s’apprêtait à tenter un tir n’a pas été sifflée », déplore Sanjay Dabydin.
Notre interlocuteur se réjouit, toutefois, que ses joueuses qui ne sont âgées que de 15/16 ans aient eu ce premier frottement face à des adversaires âgées entre 18 et 19 ans. « Nous n’avons eu que trois mois et demi pour nous préparer mais les filles se sont surpassées. Les conditions d’hébergement étaient exécrables mais elles ont bien réagi à cela », se félicite-t-il.
La cerise sur le gâteau, dira Sanjay Dabydin, est que Liliana Perrine a terminé meilleure buteuse de la compétition avec pas moins de 57 réalisations. « Lors de la précédente édition, la meilleure buteuse avait inscrit une trentaine de buts. Une experte de l’IHF m’a même dit que Liliana a le potentiel pour évoluer dans n’importe quel grand championnat », précise notre interlocuteur.
Sanjay Dabydin souhaite désormais que ses joueuses prennent conscience de leur potentiel et continuent à pratiquer le handball car ainsi, elles pourront réaliser une meilleure prestation lors de la prochaine édition du challenge trophy de la zone 7 Afrique prévue aux Seychelles dans deux ans. « Si les joueuses intègrent des clubs et réalisent à quel point elles sont douées, il n’y a pas de raison pour qu’elles ne visent pas l’or aux Seychelles dans 2 ans », conclut-il.