Photo illustration

L’Union des travailleurs du ministère de la Santé envisage d’organiser une manifestation la semaine prochaine devant l’hôpital Victoria, à Candos. Leurs principaux griefs : le non-remboursement des heures supplémentaires dues depuis 2016 et l’état de leur cantine.

Dans une déclaration au Mauricien, Rajeshree Thylamay, présidente de l’Union des travailleurs du ministère de la Santé, a affirmé que de nombreuses correspondances ont été adressées au ministère de la Santé à ce sujet en vue d’une rencontre. « Toutes nos lettres sont restées lettre morte. C’est pourquoi nous avons décidé d’aller de l’avant avec cette manifestation qui aura lieu incessamment.

Il est inadmissible que les Attendants de l’hôpital de Candos et ceux du Dr A. G. Jeetoo n’aient pas un endroit approprié pour prendre leur déjeuner. Ils déjeunent avec les équipements de nettoyage. Ce n’est pas humain », a-t-elle fait ressortir. Rajeshree Thylamay a dit comprendre « qu’on est actuellement en période électorale », mais cela ne veut pas dire que les travailleurs du ministère de la Santé doivent, selon elle, continuer à déjeuner dans l’insalubrité.

« Il suffit de prendre des mesures administratives pour mettre fin à ce calvaire », a-t-il affirmé. Elle se demande pourquoi il n’y a pas d’inspection des officiels du Health & Safety dans ces deux hôpitaux.

Les cas de ces employés ont été rapportés à la direction de la Federation of Paratastal Bodies and Other Unions qui a signifié son intention à son tour d’adresser une lettre au ministère de la Santé. Le président de la Federation of Paratastal Bodies and Other Unions, Deepak Benydin, a déclaré au Mauricien que Maurice est signataire de la Convention sur le travail décent et qu’à ce titre, elle doit non seulement accorder un salaire décent aux travailleurs mais elle doit aussi s’assurer que ces derniers jouissent des meilleures conditions possibles, peu importent leurs catégories. « Il est inadmissible que des travailleurs déjeunent en compagnie des poubelles pleines, des appareils qui sont tombés en panne ou encore des équipements de nettoyage. Je crois qu’à ce niveau, il faut améliorer cette situation. Cela ne coûte rien d’aménager un endroit décent pour les travailleurs », a-t-il souligné.