C’est aux alentours de 19h15 hier que les noms des deux commissaires administratifs fraîchement élus ont été proclamés par le président sortant du Mauritius Turf Club, Gavin Glover. Gilbert Merven et Jean-Marc Ulcoq ont été plébiscités par les membres du club avec 229 et 218 voix respectivement et c’est le premier nommé qui a été choisi pour agir comme président en cette année où le MTC fête son bicentenaire.
Il y avait la grosse foule en ce vendredi. Selon le Mauritius Turf Club, 355 votants sont passés par les urnes, un record dans les annales du club de la rue Eugène-Laurent. Sur ces 355 bulletins, deux votes blancs ont été enregistrés.
Au fur et à mesure que les membres affluaient dans l’enceinte du club, les pronostics allaient bon train mais on remarquait cependant que la tendance était surtout dirigée vers une lutte indécise. Si certains osaient avancer que Gilbert Merven et Bruno Cayeux avaient le plus de chances de l’emporter, d’autres avaient une préférence pour le duo Gilbert Merven-Prarvin Desai.
Toutefois, dès le début du décompte des voix, c’est la tendance Gilbert Merven-Jean-Marc Ulcoq qui se dessinait. Après quelque 70 bulletins dépouillés, ce tandem possédait déjà pas moins de 15 voix d’avance. L’écart allait se creuser davantage, tant et si bien que la messe était dite bien avant la fin du décompte.
Au final, Gilbert Merven termine en tête avec 229 voix. Son “colistier” Jean-Marc Ulcoq en récolta 218, tandis que le duo Bruno Cayeux-Pravin Desai se retrouva avec 124 et 122 voix respectivement. Sam Coomar Heeramun n’obtint que 8. À noter que Gilbert Merven et Jean-Marc Ulcoq siégeront sur le board pendant trois années.
Ainsi, le nouveau board des commissaires administratifs pour l’année 2012 est constitué de Gilbert Merven (président), avec à ses côtés Jean-Marc Ulcoq, Armand Maudave, Alain Noël, Gavin Glover et Jean-Michel Giraud.
À la suite de son élection et du choix de ses pairs, Gilbert Merven a d’emblée remercié tous ceux qui ont voté pour lui et aussi dit qu’il sera aussi disponible pour aider ceux qui n’ont pas cru en lui.
« Une victoire n’est jamais facile et une course n’est jamais courue d’avance. » Il devait par la suite faire allusion à la campagne menée par certains qui « ont terni l’image du MTC et qui fera aussi du mal au sponsorship. »
Parlant de son nouveau mandat, il devait alors dire que « 2012 sera plus difficile que 2007. C’est un très grand honneur pour moi de présider aux destinées du MTC, pas seulement en raison du bicentenaire, mais aussi pour promouvoir les courses. Je remercie mes amis car j’ai été élu avec une grande majorité. Je fais appel à notre Premier ministre et à son ministre des Finances pour aider le MTC lors de son parcours difficile, surtout en ce qui concerne les propriétaires de chevaux. »
À noter que les caisses du Mauritius Turf Club ont enregistré un surplus de Rs 4 M en 2011, ce qui est une bonne chose car c’est avec un déficit de plus de Rs 4 M que le club avait clôturé la saison 2010.
Sachez aussi que deux motions inscrites par Naresh Gujadhur étaient à l’ordre du jour de l’assemblée générale. Il a ainsi formulé une demande pour exiger des jockeys étrangers de soumettre une liste de leurs avoirs et aussi demandé à l’assemblée de considérer que les enquêtes des Racing Stewards et les audiences du board d’appel soient retransmises en direct ou en différé.
__________________________________________________________________
Une élection dans la tourmente
On peut dire l’assemblée générale élective du Mauritius Turf Club pour l’année 2012 a été mouvementée. L’équipe de Gilbert Merven, c’est lui qui le dit, est sortie grande gagnante car outre sa réélection au poste de commissaire administratif pour une 7e fois, il obtient l’apport de Jean-Marc Ulcoq, qui postulait une fois de plus pour un nouveau mandat. Ce qui fait que c’est sans surprise que Gilbert Merven a été élu président en cette année du bicentenaire du Mauritius Turf Club.
Avant même qu’il ne soit nommé à la tête du MTC, Gilbert Merven n’est pas passé par quatre chemins pour dénoncer ce qu’il appelle « une campagne malsaine et de bassesse menée à l’encontre de sa personne » et qu’il compte régler les comptes dès le début de la semaine prochaine. « Je ne le pardonnerai jamais et je compte donner suite à cela », prévient-il. Ce qui pousse à penser que le début de la saison 2012 ne s’annonce pas de tout repos.
À bien voir les choses, il y avait deux clans bien définis dans cette élection et l’issue fait que l’équipe de Gilbert Merven se compose de quatre commissaires administratifs. Outre lui-même, il a pu et pourra compter sur Alain Noël, Armand Maudave et Jean-Marc Ulcoq.
De l’autre côté, ils ne sont que deux, Jean-Michel Giraud et le président sortant Gavin Glover, qui se sont abstenus de faire de commentaires à l’issue du scrutin. Et cela on peut quelque part le comprendre tant la déception était à son paroxysme.
À une question du Mauricien quant au mood du nouveau board qui laissait entrevoir une scission nette et claire, Gilbert Merven a voulu jouer le diplomate en arguant que c’était plutôt une question de divergence d’opinion.
Tout n’avait pas été rose quand Gavin Glover a fait son rapport sur la saison 2011. Ramapatee Gujadhur et son fils Tikanand n’ont pas raté l’occasion pour demander des précisions au président sortant en ce qu’il s’agit de « l’affaire National Theme et l’anniversaire du jockey Sunil Bussunt » et une déclaration faite dans un hebdomadaire sur la question de Stable Manager.
Le ton est monté de plusieurs crans. Concernant les deux premiers cas, l’entraîneur de la casaque bleu électrique et écharpe rouge s’est dit consterné qu’il n’ait pas été mis au courant des résultats des enquêtes initiées par le board des commissaires de courses. Tikanand Gujadhur devait aussi faire état de la présence de Gavin Glover dans la salle des Racing Stewards lors de l’enquête de National Theme, alors que cette pratique était défendue depuis plusieurs années déjà.
En réponse à ces interrogations, Gavin Glover devait répondre qu’il avait eu vent que les Racing Stewards n’avaient pas jugé nécessaire d’aller de l’avant en ce qui concerne le jockey mauricien. Pour ce qui est de sa présence dans la salle des RS, il devait répondre qu’il avait été sollicité pour un avis légal et qu’il n’était pas présent au cours de l’enquête.
__________________________________________________________________
Jean-Marc Ulcoq : « Tout faire pour redresser les finances »
Jean-Marc Ulcoq a succédé à lui-même et fera à nouveau partie du board des Racing Stewards pour la saison 2012. En tant qu’expert-comptable, ce n’est pas une surprise que son but est de remettre les finances du MTC sur les bons rails.
« Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, c’est tout d’abord ma passion du cheval qui m’a poussé à rechercher un nouveau mandat. Je suis très heureux de ce renouvellement de confiance des membres et leur dis un grand merci. En tant qu’expert comptable, j’ai toujours eu un intérêt particulier pour les finances du club. On va essayer d’explorer toutes les possibilités existantes pour redresser la situation financière du MTC. L’année dernière on a fait un petit profit comparé à 2010 où nous avions accusé une perte. Donc, je fais du redressement des finances du club ma priorité. Ensuite, il y a le stakesmoney. Nous n’avons pas pu les augmenter ces derniers temps et il est primordial qu’on le fasse cette année. En ce qui concerne la campagne, je regrette certains dérapages. Je suis d’avis que certaines choses qui ont été dites et faites n’ont pas leur place au sein d’une institution comme le MTC. »