En début 2014, le parc hôtelier mauricien accueillera un nouvel établissement international cinq étoiles à Bel-Ombre. Outrigger Mauritius Resort and Spa succède en effet à Mövenpick Resort and Spa, anciennement Voile D’Or. Le président du groupe haïwaien Outrigger Entreprises, David Carey, était à Maurice en octobre pour une visite de l’emplacement, qui connaît ces jours-ci des travaux de rénovation.
Annoncée pour début décembre 2013, l’ouverture de l’Outrigger Mauritius Resort and Spa, un établissement hôtelier cinq étoiles, aura finalement lieu durant le premier trimestre de 2014. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le CEO de l’Outrigger Entreprises Group David Carey, alors en voyage dans la région (il a participé à l’Hotel Investment Conference Asia Pacific – HICAP – à Hong Kong, visité l’hôtel et le bureau thailandais à Pukhet, et prospecté le Vietnam pour analyser les possibilités d’y ouvrir des établissements). Le Mauricien l’a rencontré au Tamarina Golf Club en octobre dernier.
David Carey a fait l’acquisition de l’hôtel Mövenpick, lors de sa fermeture, dans le cadre de la politique d’expansion de son groupe dans la région Asie-Océan Indien. « We are trying to find places with beach front location where we can build world class resort, people knows about Mauritius and the property came at price. We can substantially improve the quality of the hotel and the service. » Et de souligner que l’hôtel sera également ouvert aux Mauriciens. La spécificité de l’établissement réside dans sa diversité. Ainsi, les Mauriciens pourront y découvrir la culture et la cuisine de nombreux pays où l’hôtel est présent lors des soirées. « You will stay in Mauritius but travel around the world. We hope to be able to bring some variety in addtiion to celebratring what is here », avance David Carey.
Pour les étrangers, outre la plage et le soleil, le groupe souhaite leur faire découvrir l’arrière pays. « We want them to connect to Mauritian people and Mauritius culture. » Le nouvel hôtel cible le marché touristique existant, notamment européen, mais aussi de pays émergents, comme la Chine ou l’Australie. « Everyone is looking at China. They will be the leading market in the world. Most of them have not had the opportunity to travel World class resorts. So we look at these countries and Mauritius offers World class resort experience. The country is beautiful, multicultural with a rich heritage and lots of things to do here », soutient notre interlocuteur. Il note aussi que Maurice a un taux de « repeat business » relativement élevé comparé à d’autres destinations.
A une question du Mauricien, il précise « croire en l’avenir touristique du pays », poursuivant : « I think we can bring additionnal market too beside the one that exists. » De ces nouveaux marchés, il évoque ceux qui desservent les autres 45 établissements d’Outrigger à travers le monde. Ainsi, lorsque l’on l’interroge sur « la crise économique », le CEO du groupe indique que la compagnie, avec un marché à sources multiples, n’en souffre pas beaucoup. « Right now Hawai is enjoying super business », cite-t-il en exemple, soulignant que ceux qui voyage « world class resort » ne sont pas affectés par la crise et continuent à le faire. Notre interlocuteur estime qu’un meilleur accès aérien sera bénéfique aux affaires. Mais Maurice n’est pas le seul pays de la région intéressant le groupe Outrigger, ce dernier lorgnant aussi sur les Seychelles et les Maldives.
La reprise de l’emplacement de l’ex-Mövenpick s’est faite il y a quelques mois. Le groupe hôtelier maintient la structure de base des chambres, qu’il considère en « bonne condition ». Le changement majeur se fait au niveau de l’entrée principale, fait ressortir le CEO du groupe. « Comme pour nos autres hôtels, lorsque le client descend de sa voiture et marche vers la réception, il doit avoir une vue sur l’océan. Nous réaménageons l’entrée de sorte que ce soit aussi le cas pour Outrigger Mauritius. Auparavant, on ne pouvait pas voir l’océan, maintenant si. »
Selon notre interlocuteur, le groupe maintient certaines structures, qui rappellent l’époque de la plantation. « Il y a beaucoup de structures historiques que nous préservons. Nous voulons maintenir la culture locale », soutient-il.
La grosse majorité du personnel de l’ancien Mövenpick, dit-il encore, travaille aujourd’hui pour Outrigger Mauritius. Les employés sont sollicités dans le cadre des travaux et bénéficient d’une formation. A l’ouverture de l’établissement, d’autres recrutements auront lieu.