L’intermédiaire aux Rs 25 millions, Aboo Maghoo, qui s’est livré à une partie de cache-cache avec l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) depuis mercredi dernier dans l’affaire sur le scandale de trafic d’influence et de pots-de-vin de la défunte First City Bank, s’est rendu ce matin en compagnie de son homme de loi, Me Gunputh. Après les formalités d’usage à l’ICAC, le suspect, dont la connexion politique avec l’opposition et à un certain moment avec le MSM est connue, a été conduite au tribunal de Curepipe pour son inculpation provisoire. Depuis mercredi dernier, suite au feu vert du Directeur des Poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, Aboo Maghoo était recherché par des limiers de l’ICAC.
À la mi-journée, Aboo Maghoo, qui se présente comme un homme d’affaires, a été accusé provisoirement sous l’article 10 de la Prevention of Corruption Act (POCA), en particulier le délit de trafic d’influence. Selon l’acte d’accusation établi après plus de sept ans d’enquête, le dénommé Aboo Maghoo aurait réclamé une somme de Rs 25 millions de l’homme d’affaires et racheteur de la défunte Delphis Bank Harry Sookun en vue de faire usage de son influence auprès de la direction générale de la Banque de Maurice pour l’obtention de la Banking Licence en mai 2002 au nom de la nouvelle First City Bank.
Comme les trois autres coaccusés dans cette enquête de l’ICAC, en l’occurrence Benyram Chooramun, ancien patron de la Banque de Développement, Rohit Auckle, ancien Chief Executive Officer de la First City Bank, et l’homme d’affaires Rooplall Beerjeeraz, Aboo Maghoo devait être remis en liberté sous caution par le tribunal de Curepipe en début d’après-midi. Le montant de la caution a été fixé par la magistrate Mlle Mauree du tribunal de Curepipe à Rs 10 000 et celui de la reconnaissance de dettes à Rs 100 000.
Avec la nouvelle formule adoptée par l’ICAC, avec des interpellations et des inculpations provisoires intervenant à l’ultime étape de l’enquête et après des consultations avec le DPP, il faut s’attendre à voir le procès dans l’affaire de l’ancienne First City Bank logé dans les meilleurs délais devant la juridiction pénale compétente, soit la Cour intermédiaire. L’ancien chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues Johnson Roussety est passé par cette filière avec le Pro-Forma de son procès en Cour intermédiaire à peine quinze jours après son arrestation.
Avec le début du procès de Aboo Maghoo pour le délit de trafic d’influence contre une gratification de Rs 25 M, de Bebyram Chooramun pour avoir facilité le Merger de la Global Direct Leasing Co. Ltd. avec la First City Bank contre un pot-de-vin de Rs 2 M, de Rohit Auckle pour avoir accordé un prêt de Rs 15,8 M à Aboo Maghoo sans respecter les conditions imposées par le conseil d’administration et de Rooplall Beerjeeraz pour le délit de blanchiment de fonds de l’ordre de Rs 2 M, la liste des témoins établie par l’ICAC présente un intérêt particulier à plus d’un titre.
Il ne fait aucun doute que l’ancien gouverneur de la Banque de Maurice Ramesh Basant Roi, qui a été l’autorité émettant cette Banking Licence à la First City Bank, sera assigné dans le box de témoins pour des éclaircissements sur les procédures adoptées à cet effet. Un autre témoin majeur sera l’homme d’affaires Harry Sookun. Une partie des témoignages de ce dernier pèsera très lourd à l’encontre des suspects, indique-t-on de sources proches des responsables de l’enquête à l’ICAC, n’écartant pas la possibilité que d’autres star witnesses soient appelés à la barre, dépendant de l’évolution de l’enquête.